Actualite de l’immobilier en France : evolution du marche

Fév 25, 19 Actualite de l’immobilier en France : evolution du marche

La valeur vénale des biens immobiliers

La valeur absolue d’un bien et la valeur relative de deux biens évoluent dans le temps, comme dans l’espace. La valeur vénale d’un bien immobilier est le résultat d’un ensemble de facteurs fondamentaux qui sont à l’origine des activités humaines.
On peut les classer en cinq catégories principales :
Les facteurs politiques
– La politique monétaire, pour autant qu’elle affecte l’usage libre des biens immobiliers, y compris toutes les formes d’imposition.
– La politique de l’État en matière de logement.
– Le contrôle des loyers.
– Les lois relatives à la construction.
– La réglementation des zones.

 

Les facteurs sociaux


– Croissance et décroissance de la population.
– Les fluctuations de la densité de la population.
– L’évolution de la taille des familles.
– Les attitudes vis-à-vis des faits architecturaux.
– Les autres facteurs nés des instincts sociaux, des idéaux et des aspirations de l’homme.

Les facteurs économiques qui englobent les ressources et les efforts faits dans le but d’atteindre les idéaux sociaux
– Les niveaux de prix, les taux d’intérêts et les charges fiscales.
– Les tendances du commerce et de l’industrie.
– La disponibilité de l’argent et du crédit.
– Les tendances du marché de l’emploi et les taux de salaire.
– Tous les autres facteurs ayant un effet, direct ou indirect, sur le pouvoir d’achat.

Les facteurs du monde extérieur
– Les caractéristiques du sol et du sous-sol.
– La topologie.
– Les moyens de transport, proximité des écoles, des lieux de culte, de parc, de zone de loisirs.

Les facteurs humains et psychologiques

Il s’agit de facteurs qui interviennent ponctuellement dans chaque affaire. L’agent immobilier ou le dénicheur d’appartement en est souvent le témoin privilégié.
L’agent immobilier est (toujours) au service du vendeur. À l’inverse, le chasseur immobilier (également connu sous le nom de “dénicheur d’appartement”) est au service de l’acquéreur. Il a pour mission de dénicher le bien correspondant à ses critères (et bien évidemment à ses besoins).

Ce service est-il interessant ?

Cela peut évidemment vous éviter des visites et des efforts inutiles. Le chasseur immobilier Bordeaux est capable de vous dénicher l’appartement de vos rêves. Il vous demandera entre 3 % et 6 % du prix de vente du bien.
Pour ne pas perdre votre temps (et également votre argent), il est important de sélectionner un chasseur immobilier qui possède les réseaux qui sauront répondre à vos attentes. HomeLike Home, leader de la chasse immobilière depuis 2002, effectue à votre place tout le travail de recherche, via des sources multiples : notaires, agences immobilières, marchands de bien, annonces papier et internet… Ce dernier sélectionne les produits en fonction de vos critères. Il vous accompagne (jusqu’à la signature du bail ou l’acte de vente) et défend vos intérêts tout au long du process de recherche de votre bien idéal. HomeLike Home propose aussi des services pour trouver vos locaux professionnels. Il vous propose un service sur mesure.

read more

L’investissement dans le cinéma ou les SOFICA

Jan 02, 19 L’investissement dans le cinéma ou les SOFICA

Investir dans la production cinématographique et audiovisuel afin de soutenir le 7e art, tout en réduisant le montant de vos impôts, c’est vraiment possible. En effet, en investissant dans des sociétés pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel, vous participez au financement du cinéma français tout en réduisant votre impôt sur le revenu.
Retour sur investissement, rendement et défiscalisation, vous serez tout sur le dispositif SOFICA.

Le fond d’investissement du cinema

Depuis 1985, chaque année, le CNC, le centre national du cinéma et de l’image animée publie vers le mois d’octobre une liste des différentes sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel. Ce sont ces sociétés, les fameuses SOFICA, qui sont appelées à financer essentiellement les productions cinématographiques indépendantes. Cette liste ne contient que 12 SOFICA seulement, avec une enveloppe limité à prés de 63 millions d’euros chacune. Certain SOFICA font partie des banques françaises comme Cofinova pour le crédit Mutuel ou Sofitvciné 4 pour le Crédit Agricole. Toutefois, certains SOFICA sont accessibles auprès d’intermédiaires en tant que conseiller en investissement financier comme A Plus Image 8 qui fait partie de la société de gestion A Plus Finance.

La defiscalisation avec les Sofica

Les investisseurs particuliers qui investissent dans le capital des sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel, bénéficient d’une réduction d’impôt pouvant atteindre 48 % selon certains investissements.
En effet, avec un investissement classique, les contribuables peuvent profiter d’une réduction d’impôt de 30 %, soit une réduction estimée à 5 400 euros. Le taux de réduction pourrait atteindre 36 %, si la société SOFICA choisie d’investir au moins 10 % de la somme collectée dans des sociétés de production. Toutefois, si la société pour le financement du cinéma et de l’audiovisuel, s’engage à investir au moins 10 % de son fonds pour le développement de programmes télévisuel (comme documentaires, dessins animés, séries) en plus des conditions évoquées ci-dessus, la réduction passera à 48 %.
Cette réduction d’impôt n’est prise en compte que dans un plafond spécifique qui est fixé à 18 000 euros, mais aussi 25 % des revenus annuels pour une durée entre 5 et 10 ans. Il faut tout de même savoir que cet avantage n’est pas cumulable avec les avantages obtenus lors de l’entrée au capital. En outre, la plupart des SOFICA dont A Plus Finance, imposent généralement un investissement minimum de 5 000 euros.
Donc le plafond de 18 000 euros n’est pas cumulé avec le plafond de droit commun qui est de 10 000 euros. Par conséquent, si un investisseur a atteint le plafond de 10 000 euros, il peut bénéficier de seulement 8 000 euros supplémentaire dans certains cas d’investissement des Sofica.

read more

Investir dans des fonds de placements

Déc 02, 18 Investir dans des fonds de placements

Investir dans un fonds d’investissement, permet à l’investisseur de bénéficier d’un grand nombre d’avantages dont l’accès à un marché financier qui n’est pas accessible directement aux investisseurs. En effet, investir dans un fonds est devenu ces dernières années l’un des placements les plus appréciés par les français après le placement dans la pierre.
Néanmoins, il existe plusieurs catégories d’investisseurs qui souhaitent investir leur économie dans des fonds communs de placement pour s’offrir l’expertise des professionnels, ainsi qu’une meilleure diversification du risque. Puisque ce genre de fonds est très souvent géré par une société de gestion professionnelle telle que A Plus Finance.

Quelles sont les différentes catégories des investisseurs ?

Selon la réglementation qui porte sur les investisseurs dans les fonds communs, on peut distinguer, les investisseurs individuels qui sont des clients indépendants, ou les investisseurs professionnels qui sont essentiellement des banques, des entreprises d’investissement ou des assureurs.
Les investisseurs individuels, sont en grande majorité des épargnants individuels qui souhaitent acheter ou vendre des parts ou des actions des fonds communs d’investissement, qui sont réglementés par l’organisme de placements collectif en valeurs mobilières ou OPCVM.
Cette catégorie d’investisseur ne peut pas investir directement dans des fonds de placement, qui offrent des rendements élevés, mais qui sont également beaucoup plus risqués et moins réglementés. Ce type de fonds comporte deux grandes catégories qui sont essentiellement, les fonds de gestion alternative ou aussi connus sous l’appellation Hedge funds et les fonds de capital-investissement qui est aussi connu sous le nom de Private equity. Ces deux fonds drainent de très grandes sommes provenant essentiellement soit des investisseurs institutionnels comme la société de gestion A Plus Finance, soit des organismes de placement collectif ou OPC, soit de très grands investisseurs individuels. Selon ces conditions, les investisseurs individuels qui ont opté d’investir dans des fonds épargne-retraite ou des OPC, ils peuvent être indirectement des investisseurs dans des fonds de capital investissement.

Les fonds capital-investissement

Ce type de fonds englobent tous les fonds dont les investisseurs peuvent y investir à travers des sociétés non cotées en bourse. Les sommes investies par les investisseurs européens ont été estimés en 2013 à prés de 36 milliard d’euros.
Ces fonds peuvent participer dans le financement de capital risque, le développement, l’acquisition, de différentes entreprises y compris les entreprises qui sont déjà cotées en bourse. En effet, l’objectif du financement peut être le redressement de l’entreprise ou l’amélioration de sa rentabilité, afin qu’elle réalise une meilleure plus-value dans le marché.
Apporter ce fonds peut participer soit à la création soit au développement des entreprises essentiellement innovantes, mais également, il peut subvenir aux besoins en fonds propres des entreprises qui ne sont pas cotées en bourse en favorisant sa stratégie de gestion.

read more

Financement des entreprises

Oct 05, 18 Financement des entreprises

 

 

 

Les différents modes de financement pour les entreprises

Plusieurs définitions de la finance ont été proposées par les praticiens et théoriciens chacun se référant à son domaine :

la finance, c’est l’inflation, les dépenses publiques, l’impôt et les taxes ;

– la finance, c’est les assurances, le taux de change, le taux d’intérêt, les droits de douane ;

– la finance, c’est le choix des sources de financement, la distribution de dividendes et la sélection des projets ;

– la finance, c’est les banques, les intermédiaires financiers, les sociétés d’assurance, la Bourse…

En réalité, la finance peut être décomposée en deux branches en interaction : la finance interne (finance d’entreprise) et la finance externe (finance d’entreprise).

La finance de marché

La finance de marché traite du marché monétaire, du marché financier et des institutions financières. De nombreux diplômés en finance sont recrutés par des institutions financières telles que les compagnies d’assurances, les banques, les sociétés d’investissement, etc.

Pour réussir leur carrière professionnelle, les diplômés en finance de marchés ont besoin de connaître les facteurs qui influent la détermination des taux d’intérêts, les réglementations auxquelles sont soumises les institutions financières et les différents types d’instruments financiers (certificats d’investissement, bons de trésor, billets de trésorerie, certificats de dépôts, etc.). Ces derniers doivent aussi avoir une connaissance générale de tous les aspects. Une capacité de communication à l’oral et à l’écrit est recommandée, ainsi que la capacité de motiver les autres à réaliser leurs tâches.

 

La finance d’entreprise

La finance interne (ou finance d’entreprise) s’intéresse aux décisions prises par les dirigeants des entreprises. Ces décisions portent le choix des actifs à acquérir ou à céder (décision de désinvestissement et d’investissement) et le choix entre les différentes sources de financement. Les gestionnaires financiers ont également la responsabilité de décider des conditions du niveau d’encaisse, du niveau des stocks, de paiement des clients, d’acquérir ou non d’autres entreprises et de la part du résultat à affecter aux réserves (politique de dividende).

 

Qu’est-ce qu’une société de gestion ? Quel est son rôle ?

Les sociétés de gestion sont des établissements de crédit (des prestataires de services d’investissement) ayant obtenu un agrément de l’Autorité des Marchés Financiers pour fournir des services d’investissement.

Niels Court-Payen met A Plus Finance au service des petites et moyennes entreprises (les PME). Le président (cofondateur) de cette société de gestion a pour objectif de trouver les pépites du tissu économique français et les accompagner en période de transmission.

A Plus Finance est une société de gestion de portefeuille spécialisée dans la multigestion et le capital investissement. Elle est l’un des acteurs indépendants les plus actifs du capital investissement en France.

read more

Le capital investissement : un marché en devenir

Sep 20, 18 Le capital investissement : un marché en devenir

Qu’est-ce que le Private Equity ?

L’industrie du Private Equity a pris une importance considérable dans l’économie au cours des trois dernières décennies. Elle couvre pratiquement l’ensemble des secteurs économiques et tous les stades de développement dans le cycle de vie des entreprises. Les sociétés d’investissement en capital risque (venture capital) financent des projets novateurs dont certaines peuvent devenir les leaders de demain. Les fonds de buyout s’intéressent aux sociétés matures ayant des flux de trésorerie stables afin de les rendre plus efficientes, les amener à une taille mondiale.

Les sociétés d’investissement spécialisées en capital développement (Amiral Gestion, Aviva Investors France, A Plus Finance, Tobam…) investissent dans des sociétés afin de financer le développement de leurs nouveaux projets.
A Plus Finance, une société de gestion indépendante, accompagne les moyennes et petites entreprises déjà établies dans leurs activités. Elle est l’un des acteurs les plus actifs du capital investissement en Europe. Elle soutient les entreprises françaises dans leurs développements.
Celles spécialisées en restructuration prennent le contrôle de sociétés en difficulté afin de les redresser et de les revendre lorsqu’elles sont à nouveau remises sur les rails. L’évaluation des sociétés détenues par des fonds de private equity passe d’abord par l’analyse préalable de la dynamique du secteur dans lequel elles opèrent et des principaux leviers de création de valeur.

Quelles sont les différentes formes de private equity ?

L’Association Française des Investisseurs pour la Croissance “France Invest” distingue plusieurs formes de private equity :
– le capital-retournement : pour le financement du redressement d’entreprises en difficulté ;
– le capital-transmission / LBO : concerne l’acquisition, la transmission ou la cession d’entreprises généralement matures ;
– le capital développement : concerne le financement de jeunes entreprises à fort potentiel de croissance ;
– le capital-innovation : essentiellement pour la création de nouvelles entreprises porteuses de nouveaux projets innovants dans les domaines technologiques et biotechnologiques.

Quels sont les leviers de création de valeur du private equity ?

La question de savoir si les gestionnaires private equity créent de la valeur dans les sociétés dans lesquelles ils investissent est fréquemment débattue dans les milieux académiques et parmi les investisseurs.
Le périmètre du modèle de gouvernance du PE dépend essentiellement de la capacité de l’industrie du private equity à générer une performance d’investissement nette supérieure par rapport au marché des actions cotées sur le long terme.
Les gestionnaires du private equity sont, en effet, essentiellement des agents agissant pour le compte des investisseurs qui investissent dans les fonds qu’ils gèrent. La théorie d’agence caractérise cette situation et est au cœur de la création de valeur en PE. Les gestionnaires de fonds en capital risque et de fonds private equity ont une réponse différente par rapport à cette question.
Le capital risque est caractérisé d’une part par une forte asymétrie d’information entre les sociétés détenues par les fonds de capital risque et les gestionnaires des fonds.

read more