Investir dans des fonds de placements

Déc 02, 18 Investir dans des fonds de placements

Investir dans un fonds d’investissement, permet à l’investisseur de bénéficier d’un grand nombre d’avantages dont l’accès à un marché financier qui n’est pas accessible directement aux investisseurs. En effet, investir dans un fonds est devenu ces dernières années l’un des placements les plus appréciés par les français après le placement dans la pierre.
Néanmoins, il existe plusieurs catégories d’investisseurs qui souhaitent investir leur économie dans des fonds communs de placement pour s’offrir l’expertise des professionnels, ainsi qu’une meilleure diversification du risque. Puisque ce genre de fonds est très souvent géré par une société de gestion professionnelle telle que A Plus Finance.

Quelles sont les différentes catégories des investisseurs ?

Selon la réglementation qui porte sur les investisseurs dans les fonds communs, on peut distinguer, les investisseurs individuels qui sont des clients indépendants, ou les investisseurs professionnels qui sont essentiellement des banques, des entreprises d’investissement ou des assureurs.
Les investisseurs individuels, sont en grande majorité des épargnants individuels qui souhaitent acheter ou vendre des parts ou des actions des fonds communs d’investissement, qui sont réglementés par l’organisme de placements collectif en valeurs mobilières ou OPCVM.
Cette catégorie d’investisseur ne peut pas investir directement dans des fonds de placement, qui offrent des rendements élevés, mais qui sont également beaucoup plus risqués et moins réglementés. Ce type de fonds comporte deux grandes catégories qui sont essentiellement, les fonds de gestion alternative ou aussi connus sous l’appellation Hedge funds et les fonds de capital-investissement qui est aussi connu sous le nom de Private equity. Ces deux fonds drainent de très grandes sommes provenant essentiellement soit des investisseurs institutionnels comme la société de gestion A Plus Finance, soit des organismes de placement collectif ou OPC, soit de très grands investisseurs individuels. Selon ces conditions, les investisseurs individuels qui ont opté d’investir dans des fonds épargne-retraite ou des OPC, ils peuvent être indirectement des investisseurs dans des fonds de capital investissement.

Les fonds capital-investissement

Ce type de fonds englobent tous les fonds dont les investisseurs peuvent y investir à travers des sociétés non cotées en bourse. Les sommes investies par les investisseurs européens ont été estimés en 2013 à prés de 36 milliard d’euros.
Ces fonds peuvent participer dans le financement de capital risque, le développement, l’acquisition, de différentes entreprises y compris les entreprises qui sont déjà cotées en bourse. En effet, l’objectif du financement peut être le redressement de l’entreprise ou l’amélioration de sa rentabilité, afin qu’elle réalise une meilleure plus-value dans le marché.
Apporter ce fonds peut participer soit à la création soit au développement des entreprises essentiellement innovantes, mais également, il peut subvenir aux besoins en fonds propres des entreprises qui ne sont pas cotées en bourse en favorisant sa stratégie de gestion.

read more

Financement des entreprises

Oct 05, 18 Financement des entreprises

 

 

 

Les différents modes de financement pour les entreprises

Plusieurs définitions de la finance ont été proposées par les praticiens et théoriciens chacun se référant à son domaine :

la finance, c’est l’inflation, les dépenses publiques, l’impôt et les taxes ;

– la finance, c’est les assurances, le taux de change, le taux d’intérêt, les droits de douane ;

– la finance, c’est le choix des sources de financement, la distribution de dividendes et la sélection des projets ;

– la finance, c’est les banques, les intermédiaires financiers, les sociétés d’assurance, la Bourse…

En réalité, la finance peut être décomposée en deux branches en interaction : la finance interne (finance d’entreprise) et la finance externe (finance d’entreprise).

La finance de marché

La finance de marché traite du marché monétaire, du marché financier et des institutions financières. De nombreux diplômés en finance sont recrutés par des institutions financières telles que les compagnies d’assurances, les banques, les sociétés d’investissement, etc.

Pour réussir leur carrière professionnelle, les diplômés en finance de marchés ont besoin de connaître les facteurs qui influent la détermination des taux d’intérêts, les réglementations auxquelles sont soumises les institutions financières et les différents types d’instruments financiers (certificats d’investissement, bons de trésor, billets de trésorerie, certificats de dépôts, etc.). Ces derniers doivent aussi avoir une connaissance générale de tous les aspects. Une capacité de communication à l’oral et à l’écrit est recommandée, ainsi que la capacité de motiver les autres à réaliser leurs tâches.

 

La finance d’entreprise

La finance interne (ou finance d’entreprise) s’intéresse aux décisions prises par les dirigeants des entreprises. Ces décisions portent le choix des actifs à acquérir ou à céder (décision de désinvestissement et d’investissement) et le choix entre les différentes sources de financement. Les gestionnaires financiers ont également la responsabilité de décider des conditions du niveau d’encaisse, du niveau des stocks, de paiement des clients, d’acquérir ou non d’autres entreprises et de la part du résultat à affecter aux réserves (politique de dividende).

 

Qu’est-ce qu’une société de gestion ? Quel est son rôle ?

Les sociétés de gestion sont des établissements de crédit (des prestataires de services d’investissement) ayant obtenu un agrément de l’Autorité des Marchés Financiers pour fournir des services d’investissement.

Niels Court-Payen met A Plus Finance au service des petites et moyennes entreprises (les PME). Le président (cofondateur) de cette société de gestion a pour objectif de trouver les pépites du tissu économique français et les accompagner en période de transmission.

A Plus Finance est une société de gestion de portefeuille spécialisée dans la multigestion et le capital investissement. Elle est l’un des acteurs indépendants les plus actifs du capital investissement en France.

read more

Le capital investissement : un marché en devenir

Sep 20, 18 Le capital investissement : un marché en devenir

Qu’est-ce que le Private Equity ?

L’industrie du Private Equity a pris une importance considérable dans l’économie au cours des trois dernières décennies. Elle couvre pratiquement l’ensemble des secteurs économiques et tous les stades de développement dans le cycle de vie des entreprises. Les sociétés d’investissement en capital risque (venture capital) financent des projets novateurs dont certaines peuvent devenir les leaders de demain. Les fonds de buyout s’intéressent aux sociétés matures ayant des flux de trésorerie stables afin de les rendre plus efficientes, les amener à une taille mondiale.

Les sociétés d’investissement spécialisées en capital développement (Amiral Gestion, Aviva Investors France, A Plus Finance, Tobam…) investissent dans des sociétés afin de financer le développement de leurs nouveaux projets.
A Plus Finance, une société de gestion indépendante, accompagne les moyennes et petites entreprises déjà établies dans leurs activités. Elle est l’un des acteurs les plus actifs du capital investissement en Europe. Elle soutient les entreprises françaises dans leurs développements.
Celles spécialisées en restructuration prennent le contrôle de sociétés en difficulté afin de les redresser et de les revendre lorsqu’elles sont à nouveau remises sur les rails. L’évaluation des sociétés détenues par des fonds de private equity passe d’abord par l’analyse préalable de la dynamique du secteur dans lequel elles opèrent et des principaux leviers de création de valeur.

Quelles sont les différentes formes de private equity ?

L’Association Française des Investisseurs pour la Croissance “France Invest” distingue plusieurs formes de private equity :
– le capital-retournement : pour le financement du redressement d’entreprises en difficulté ;
– le capital-transmission / LBO : concerne l’acquisition, la transmission ou la cession d’entreprises généralement matures ;
– le capital développement : concerne le financement de jeunes entreprises à fort potentiel de croissance ;
– le capital-innovation : essentiellement pour la création de nouvelles entreprises porteuses de nouveaux projets innovants dans les domaines technologiques et biotechnologiques.

Quels sont les leviers de création de valeur du private equity ?

La question de savoir si les gestionnaires private equity créent de la valeur dans les sociétés dans lesquelles ils investissent est fréquemment débattue dans les milieux académiques et parmi les investisseurs.
Le périmètre du modèle de gouvernance du PE dépend essentiellement de la capacité de l’industrie du private equity à générer une performance d’investissement nette supérieure par rapport au marché des actions cotées sur le long terme.
Les gestionnaires du private equity sont, en effet, essentiellement des agents agissant pour le compte des investisseurs qui investissent dans les fonds qu’ils gèrent. La théorie d’agence caractérise cette situation et est au cœur de la création de valeur en PE. Les gestionnaires de fonds en capital risque et de fonds private equity ont une réponse différente par rapport à cette question.
Le capital risque est caractérisé d’une part par une forte asymétrie d’information entre les sociétés détenues par les fonds de capital risque et les gestionnaires des fonds.

read more

Societe civile immobiliere : creation et avantages

Sep 02, 18 Societe civile immobiliere : creation et avantages

Plusieurs français préfèrent créer une société civile immobilière, afin de gérer au mieux leur patrimoine immobilier, que de rester un simple propriétaire d’un bien. En effet, créer une société civile immobilière offre à ses différents créateurs (associés) plusieurs avantages dont les avantages fiscaux. Dans cet article, Christophe Peyre le directeur de l’investissement immobilier travaillant au sein de la société de gestion, A Plus Finance, apporte plus de détails sur ce type de société.

Les avantages d’une societe civile immobiliere

Selon Christophe Peyre, une société civile immobilière assure un grand nombre d’atouts fiscaux, tout en facilitant une meilleure transmission des biens immobiliers.
En effet, en matière de droit de succession, lorsque l’un des associés d’une société civile immobilière décède, ses héritiers seront obligatoirement assujettis à un impôt de transmission, mais qui est beaucoup plus réduit qu’hériter un bien immobilier. La taxation de la transmission des parts de l’associé qui est décédé, est juste de 5 % alors que la taxation d’une transmission d’un bien immobilier est de 60 %.
Un associé d’une société civile immobilière a la possibilité d’intégrer dans la société en tant qu’associés d’autres membres de sa famille, tels que ses enfants. Les parents pourront ensuite céder la propriété de leurs parts sociales à leurs enfants sans aucun problème. En effet, selon la loi, il est possible de céder des parts d’une valeur de 100 000 euros par tranche de 15 ans.
Il est important de noter qu’une société civile immobilière est soumise à l’impôt sur le revenu à moins qu’elle opte pour l’impôt sur les sociétés.

Quelles sont les differentes etapes e faire afin de creer une societe civile immobiliere ?

Une société civile immobilière, tout comme toute société, elle se compose d’au mois deux associés, qui sont réunis par un contrat, afin de gérer des biens immobiliers et de partager les bénéfices, ainsi que les pertes qui en résulteront de cette association.
Créer une société civile immobilière n’est pas un acte anodin. En effet, les associés doivent songer à mettre en place toute une organisation en amont et surtout de respecter les différentes formalités et délais.
Les associés doivent d’abord fixer les modalités d’existence de la société civile immobilière comme, la forme sociale, le montant du capital, l’objet social, le choix du gérant et les droits des associés, sans oublier de rédiger les différents statuts de la société.
Parmi les associés,, une société civile immobilière peut compter souvent des mineurs, généralement dans le cas d’une société civile immobilière familiale. En effet, la loi autorise, les mineurs de devenir associés dans une société civile immobilière. Toutefois, les mineurs doivent être représentés par un ou plusieurs représentants légaux qui sont dans la plupart du temps des associés dans la même société civile immobilière.
Une société civile immobilière peut être formée par des personnes physiques des investisseurs, mais aussi par des personnes morales telles que les sociétés de gestion, comme A Plus Finance qui a plus de 20 ans d’expérience dans la gestion d’actifs.

read more

En France, un âge d’or pour le Private Equity

Août 20, 18 En France, un âge d’or pour le Private Equity

Selon une étude annuelle publiée lundi par France Invest, les fonds français de capital investissement (également connu sous le nom de “Private Equity”) ont collecté 26,9 milliards d’euros en 2018. Ces fonds ont investi, en parallèle, 20,6 milliards d’euros dans 5 960 sociétés. Le Private Equity européen (notamment français) ne s’est jamais aussi bien porté.
C’est à l’évidence une excellente nouvelle pour ces financiers, dont leur métier consiste à prendre des parts au capital des PME (petites et moyennes entreprises) pour espérer les revendre quelques années plus tard (généralement après cinq ou six ans) avec un profit.
C’est surtout une bonne nouvelle pour l’économie française, plaide Niels Court-Payen, président d’A Plus Finance.

Un emballement phénoménal !

Du côté de l’épargne, le plébiscite est un peu massif. Partout dans le monde, banques privées, assureurs, sociétés de gestion ou fonds de pension déversent des tombereaux d’argent dans les soutes du Private Equity.
En 2018, 1200 fonds de capital investissement ont collecté 750 milliards d’euros (860 milliards de dollars), selon la firme Preqin. L’Américain Apollo a annoncé en décembre 2018 avoir rassemblé 36,4 milliards de dollars (à lui seul) pour son septième fonds “Apollo Investment Fund”, effaçant les collectes records de Goldman Sachs (une banque d’investissement) et Blackstone (un fonds d’investissement américain) avant la crise financière.

Le rôle économique du Private Equity

“Le rôle social et économique du non-coté est majeur. Plus nous confions des capitaux aux ETI (entreprises de taille intermédiaire), PME (petites et moyennes entreprises) et start-up (entreprise innovante), plus ces sociétés vont créer des emplois, grandir, investir et payer des impôts en France”, insiste Niels Court-Payen.
Ce dernier a pour objectif de trouver les pépites du tissu économique français et les accompagner en période de transmission. Cloisons transparentes, bureaux clairs, collaborateurs décontractés et élégants, c’est que Court-Payen Niels appelle “une ambiance d’équipe”, qu’il a voulu créer au sein de sa société de gestion. D’abord tournée vers le Venture Capital via les fonds de fonds et les FCPI (Fonds Communs de placement dans l’innovation), la société “A Plus Finance” s’adressait plutôt aux particuliers. Désormais, avec 45 collaborateurs, la société revendique son indépendance et son management collaboratif.
Pour Niels Court-Payen, ce mode de gestion a sûrement permis à la société de prendre un tournant important en 2010 en anticipant les nouvelles attentes des investisseurs à la recherche de produits de rendement et les difficultés du Venture Capital. Aujourd’hui, elle est l’un des acteurs les plus actifs du Private Equity en Europe. Elle accompagne les PME (françaises) déjà établies dans leurs activités.

read more