Investir dans des fonds de placements

Déc 02, 18 Investir dans des fonds de placements

Investir dans un fonds d’investissement, permet à l’investisseur de bénéficier d’un grand nombre d’avantages dont l’accès à un marché financier qui n’est pas accessible directement aux investisseurs. En effet, investir dans un fonds est devenu ces dernières années l’un des placements les plus appréciés par les français après le placement dans la pierre.
Néanmoins, il existe plusieurs catégories d’investisseurs qui souhaitent investir leur économie dans des fonds communs de placement pour s’offrir l’expertise des professionnels, ainsi qu’une meilleure diversification du risque. Puisque ce genre de fonds est très souvent géré par une société de gestion professionnelle telle que A Plus Finance.

Quelles sont les différentes catégories des investisseurs ?

Selon la réglementation qui porte sur les investisseurs dans les fonds communs, on peut distinguer, les investisseurs individuels qui sont des clients indépendants, ou les investisseurs professionnels qui sont essentiellement des banques, des entreprises d’investissement ou des assureurs.
Les investisseurs individuels, sont en grande majorité des épargnants individuels qui souhaitent acheter ou vendre des parts ou des actions des fonds communs d’investissement, qui sont réglementés par l’organisme de placements collectif en valeurs mobilières ou OPCVM.
Cette catégorie d’investisseur ne peut pas investir directement dans des fonds de placement, qui offrent des rendements élevés, mais qui sont également beaucoup plus risqués et moins réglementés. Ce type de fonds comporte deux grandes catégories qui sont essentiellement, les fonds de gestion alternative ou aussi connus sous l’appellation Hedge funds et les fonds de capital-investissement qui est aussi connu sous le nom de Private equity. Ces deux fonds drainent de très grandes sommes provenant essentiellement soit des investisseurs institutionnels comme la société de gestion A Plus Finance, soit des organismes de placement collectif ou OPC, soit de très grands investisseurs individuels. Selon ces conditions, les investisseurs individuels qui ont opté d’investir dans des fonds épargne-retraite ou des OPC, ils peuvent être indirectement des investisseurs dans des fonds de capital investissement.

Les fonds capital-investissement

Ce type de fonds englobent tous les fonds dont les investisseurs peuvent y investir à travers des sociétés non cotées en bourse. Les sommes investies par les investisseurs européens ont été estimés en 2013 à prés de 36 milliard d’euros.
Ces fonds peuvent participer dans le financement de capital risque, le développement, l’acquisition, de différentes entreprises y compris les entreprises qui sont déjà cotées en bourse. En effet, l’objectif du financement peut être le redressement de l’entreprise ou l’amélioration de sa rentabilité, afin qu’elle réalise une meilleure plus-value dans le marché.
Apporter ce fonds peut participer soit à la création soit au développement des entreprises essentiellement innovantes, mais également, il peut subvenir aux besoins en fonds propres des entreprises qui ne sont pas cotées en bourse en favorisant sa stratégie de gestion.

read more

Financement des entreprises

Oct 05, 18 Financement des entreprises

 

 

 

Les différents modes de financement pour les entreprises

Plusieurs définitions de la finance ont été proposées par les praticiens et théoriciens chacun se référant à son domaine :

la finance, c’est l’inflation, les dépenses publiques, l’impôt et les taxes ;

– la finance, c’est les assurances, le taux de change, le taux d’intérêt, les droits de douane ;

– la finance, c’est le choix des sources de financement, la distribution de dividendes et la sélection des projets ;

– la finance, c’est les banques, les intermédiaires financiers, les sociétés d’assurance, la Bourse…

En réalité, la finance peut être décomposée en deux branches en interaction : la finance interne (finance d’entreprise) et la finance externe (finance d’entreprise).

La finance de marché

La finance de marché traite du marché monétaire, du marché financier et des institutions financières. De nombreux diplômés en finance sont recrutés par des institutions financières telles que les compagnies d’assurances, les banques, les sociétés d’investissement, etc.

Pour réussir leur carrière professionnelle, les diplômés en finance de marchés ont besoin de connaître les facteurs qui influent la détermination des taux d’intérêts, les réglementations auxquelles sont soumises les institutions financières et les différents types d’instruments financiers (certificats d’investissement, bons de trésor, billets de trésorerie, certificats de dépôts, etc.). Ces derniers doivent aussi avoir une connaissance générale de tous les aspects. Une capacité de communication à l’oral et à l’écrit est recommandée, ainsi que la capacité de motiver les autres à réaliser leurs tâches.

 

La finance d’entreprise

La finance interne (ou finance d’entreprise) s’intéresse aux décisions prises par les dirigeants des entreprises. Ces décisions portent le choix des actifs à acquérir ou à céder (décision de désinvestissement et d’investissement) et le choix entre les différentes sources de financement. Les gestionnaires financiers ont également la responsabilité de décider des conditions du niveau d’encaisse, du niveau des stocks, de paiement des clients, d’acquérir ou non d’autres entreprises et de la part du résultat à affecter aux réserves (politique de dividende).

 

Qu’est-ce qu’une société de gestion ? Quel est son rôle ?

Les sociétés de gestion sont des établissements de crédit (des prestataires de services d’investissement) ayant obtenu un agrément de l’Autorité des Marchés Financiers pour fournir des services d’investissement.

Niels Court-Payen met A Plus Finance au service des petites et moyennes entreprises (les PME). Le président (cofondateur) de cette société de gestion a pour objectif de trouver les pépites du tissu économique français et les accompagner en période de transmission.

A Plus Finance est une société de gestion de portefeuille spécialisée dans la multigestion et le capital investissement. Elle est l’un des acteurs indépendants les plus actifs du capital investissement en France.

read more

Le capital investissement : un marché en devenir

Sep 20, 18 Le capital investissement : un marché en devenir

Qu’est-ce que le Private Equity ?

L’industrie du Private Equity a pris une importance considérable dans l’économie au cours des trois dernières décennies. Elle couvre pratiquement l’ensemble des secteurs économiques et tous les stades de développement dans le cycle de vie des entreprises. Les sociétés d’investissement en capital risque (venture capital) financent des projets novateurs dont certaines peuvent devenir les leaders de demain. Les fonds de buyout s’intéressent aux sociétés matures ayant des flux de trésorerie stables afin de les rendre plus efficientes, les amener à une taille mondiale.

Les sociétés d’investissement spécialisées en capital développement (Amiral Gestion, Aviva Investors France, A Plus Finance, Tobam…) investissent dans des sociétés afin de financer le développement de leurs nouveaux projets.
A Plus Finance, une société de gestion indépendante, accompagne les moyennes et petites entreprises déjà établies dans leurs activités. Elle est l’un des acteurs les plus actifs du capital investissement en Europe. Elle soutient les entreprises françaises dans leurs développements.
Celles spécialisées en restructuration prennent le contrôle de sociétés en difficulté afin de les redresser et de les revendre lorsqu’elles sont à nouveau remises sur les rails. L’évaluation des sociétés détenues par des fonds de private equity passe d’abord par l’analyse préalable de la dynamique du secteur dans lequel elles opèrent et des principaux leviers de création de valeur.

Quelles sont les différentes formes de private equity ?

L’Association Française des Investisseurs pour la Croissance “France Invest” distingue plusieurs formes de private equity :
– le capital-retournement : pour le financement du redressement d’entreprises en difficulté ;
– le capital-transmission / LBO : concerne l’acquisition, la transmission ou la cession d’entreprises généralement matures ;
– le capital développement : concerne le financement de jeunes entreprises à fort potentiel de croissance ;
– le capital-innovation : essentiellement pour la création de nouvelles entreprises porteuses de nouveaux projets innovants dans les domaines technologiques et biotechnologiques.

Quels sont les leviers de création de valeur du private equity ?

La question de savoir si les gestionnaires private equity créent de la valeur dans les sociétés dans lesquelles ils investissent est fréquemment débattue dans les milieux académiques et parmi les investisseurs.
Le périmètre du modèle de gouvernance du PE dépend essentiellement de la capacité de l’industrie du private equity à générer une performance d’investissement nette supérieure par rapport au marché des actions cotées sur le long terme.
Les gestionnaires du private equity sont, en effet, essentiellement des agents agissant pour le compte des investisseurs qui investissent dans les fonds qu’ils gèrent. La théorie d’agence caractérise cette situation et est au cœur de la création de valeur en PE. Les gestionnaires de fonds en capital risque et de fonds private equity ont une réponse différente par rapport à cette question.
Le capital risque est caractérisé d’une part par une forte asymétrie d’information entre les sociétés détenues par les fonds de capital risque et les gestionnaires des fonds.

read more

Performance commerciale

Avr 23, 18 Performance commerciale

 

 Comment ameliorer la performance commerciale ?

 

Les engagements de l’entreprise, en ce qui concerne la dimension fonctionnelle du service, portent sur le “qui”, le “quoi”, le “quand” et le “comment” du service.

Fournir un service fiable consiste à respecter, ses engagements explicites ou implicites, dans les délais prescrits, selon des modalités précisées au début de la prestation.

Les engagements explicites sont généralement formulés verbalement ou par contact de service au début du processus de prestation.

Alors que, les engagements implicites correspondent au service normalement attendu par le client.

Par exemple, le client d’une compagnie d’aviation s’attend à ce qu’on lui offre un breuvage au début d’un vol.

Les attentes implicites sont le plus souvent créées par les normes de l’industrie !

 

Offrir un service fiable, d’une expérience à l’autre, peu importe le moment de la semaine, du mois ou de l’année, pour toutes les interactions, à tous les points de services, permet à l’entreprise de construire sa réputation de fiabilité, composante fondamentale de l’image de marque.

Pour chaque type d’interaction, pour chaque segment de clientèle, on doit en premier lieu, déceler les attentes les plus importantes.

 

 Processus de prise de decision du consommateur :

 

Le cœur de l’analyse du comportement de la clientèle réside dans la compréhension du processus décisionnel menant au choix ainsi qu’à l’évaluation post-expérience d’un prestataire de service.

 

Donc, le gestionnaire doit obtenir des réponses aux questions suivantes :

Quels sont les critères déterminants lors de l’évaluation du taux de satisfaction du client ?

Quels critères d’évaluation serviront à choisir parmi les possibilités retenues ?

Quels sont les choix retenus ? Quelles informations possède-t-il sur la catégorie de services ? Quelles sources d’information consulte-t-il ? Quel véritable problème le client recherche-t-il à régler ?

Le bouche-à-oreille, dans le secteur des services, constitue une des plus importantes sources d’information utilisées par la clientèle.

 

 

  Comment identifier les besoins de vos clients ?

 

La première étape du processus décisionnel par lequel passe par le consommateur consiste à identifier le problème à résoudre à partir du besoin ressenti.

En fait, la consommation d’un service est perçue par le client comme une solution à un problème présent.

 

Après avoir identifié le problème, le client cherche à en apprendre davantage sur les différentes firmes offrant les services qui pourront l’aider à résoudre ledit problème.

Il aura recours à deux types de sources d’information : internes et externes.

Les sources internes d’information sont propres à l’individu ; celui-ci se base alors sur les connaissances acquises lors de ses expériences de consommation.

 

   Bouche-à-oreille

 

Par contre, dans ce secteur, le passé ne peut pas toujours être garant de l’avenir.

C’est pourquoi les clients consultent également des sources externes d’information, comme Internet, les répertoires d’entreprises (les pages jaunes), les médias spécialisés, la promotion et les préposés à l’information des prestataires ainsi que les parents et amis.

 

Ces derniers sont particulièrement importants lors de l’achat d’un service !

Comme il est difficile de juger de la qualité d’un service avant la prestation, les clients ont tendance à consulter leur entourage avec plus d’insistance que lors de l’achat d’un produit.

 

Le bouche-à-oreille constitue donc une source de diffusion de l’information très utilisée, d’où l’importance de faire en sorte que le client qui a expérimenté les services d’un prestataire en soi ravi.

 

  Les Français champions du bouche-à-oreille :

 

Pour les opérateurs téléphoniques (Orange, Paritel, Bouygues télécom…), le bon bouche-à-oreille permet 20 % de ventes supplémentaires !

Les clients satisfaits deviennent ainsi vos meilleurs ambassadeurs !

Paritel (opérateur télécom pro) est parmi les meilleurs opérateurs en France !

read more

   Comment dominer son marche et battre la concurrence ?

Mar 30, 18    Comment dominer son marche et battre la concurrence ?

 

Afin de pouvoir dominer la concurrence, la direction doit identifier, cultiver et exploiter les compétences fondamentales de l’entreprise, que sont ses savoirs collectifs, notamment sa capacité à coordonner les processus et à intégrer les technologies.

 

Ces compétences définissent l’entreprise et sont en raison d’être. Les responsables doivent observer les fournisseurs en amont et les clients en aval avant d’intégrer les processus qui apportent à l’entreprise les compétences fondamentales appropriées.

 

Ces dernières sont celles qui permettent d’organiser les tâches et de proposer une valeur ajoutée plus importante que celle de la concurrence.

Cependant, les gestionnaires doivent être conscients du fait qu’en externalisant un processus critique, ils risquent d’en perdre le contrôle, voire la capacité de réintégrer ce processus ultérieurement.

 

    Externalisation :

L’externalisation présente plusieurs avantages !

Elle est particulièrement intéressante pour les faibles volumes. Elle peut également apporter une amélioration de la qualité et une réduction des coûts.

Nul n’ignore que certaines usines sont délocalisées en raison des bas salaires à l’étranger, ce qui accroît la productivité. Les entreprises externalisent plus que jamais.

 

   Mondialisation de la concurrence

 

Les avancées informatiques et la mondialisation de la concurrence sont deux facteurs qui accentuent cette tendance, le premier facilitant la coordination avec les partenaires, et le second augmentant le nombre de fournisseurs potentiels.

 

Les responsables d’Ikea, leader mondial du mobilier, gèrent trente bureaux d’achat à travers le monde, à la recherche permanente de fournisseurs.

Le service de gestion des achats, basé à Vienne, exploite une base de données qui permet aux fournisseurs de trouver des matières premières et de nouveaux partenaires.

Les caisses enregistreuses transmettent les données relatives aux ventes à l’entrepôt le plus proche du point de vente.

 

Les entreprises en réseau poussent l’externalisation à l’extrême : une société passe des contrats auprès d’autres sociétés pour assurer la majeure partie de sa production et de ses autres fonctions.

La démarche est vulnérable, car les nouveaux arrivants sur le marché peuvent être nombreux en raison du faible investissement nécessaire.

En outre, les pertes d’activité sont parfois soudaines, pour peu qu’un fournisseur décide de pratiquer l’intégration verticale descendante ou qu’un client choisisse d’accroître l’intégration verticale ascendante.

 

   La concurrence dans les services de telecommunication

“Ce sont la qualité et les incitations des acteurs qui comptent” !

Un marché concurrentiel encourage l’innovation vu qu’il récompense les producteurs.

La concurrence au niveau des services de télécommunication a permis de diminuer très nettement les tarifs que payent les consommateurs.

En France, une loi a consacré l’ouverture du secteur des télécoms à la concurrence.

Orange, Paritel, Bouygues Télécom et SFR se sont alors partagé le marché.

Paritel est l’un des principaux opérateurs de télécommunication.

Cet opérateur de proximité met son expertise au service des entreprises.

 

read more

L’évolution des magasins

Oct 24, 17 L’évolution des magasins

Ces dernières années, la grande distribution a connu de nombreuses évolutions.

Plusieurs transformations majeures ont été créées avec l’apparition du e-commerce.

Les nouvelles technologies deviennent un canal de vente de plus en plus important, elles génèrent des parcours clients multiples et des expériences client variées.

Ces nouvelles méthodes sont en pleine mutation, les achats via les smartphones et tablettes ont connu une augmentation exponentielle.

Le groupe casino est l’un des plus grands distributeurs du pays, il est numéro un en France et le deuxième mondial.

Le dirigeant de leader Price , a permis aux consommateurs de préparer les courses avant l’achat.

Sur son site Casino.Web, il a mis toutes les informations possibles sur les produits et les tarifications.

L’innovation technologique est devenue un avantage compétitif majeur.

 

 

    Valoriser ses produits et fidéliser ses clients :

Les distributeurs doivent connaître les préférences de leurs clients avant même l’acte de l’achat.

Les marques doivent innover, un bon marketeur utilise les meilleures stratégies pour dominer le marché.

Développer les services est une chose essentielle pour répondre aux attentes de la clientèle.

Pour rendre le consommateur accro à votre point de vente, il faut bien le gâter par des promotions, des cadeaux ou des gratuités… C’est une bonne stratégie commerciale.

Ici, la bouche à oreille peut bien fonctionner, car il n’y a pas de meilleurs ambassadeurs qu’un client satisfait !

Geoffroy Guichard, le fondateur de leader Price, offre la meilleure qualité de service avec un très bon rapport qualité prix, il a accentué ses efforts pour réinventer l’expérience client.

Son espace de vente est partagé par plusieurs marques.

Face à une concurrence de plus en plus élevée, les distributeurs tendent à offrir des prestations de plus en plus haut de gamme pour avoir plus de clients.

Un bon accueil dès l’entrée au magasin, une bonne organisation dans les rayons, une variété des produits (alimentaires, électroniques, cosmétiques, …) et une bonne prestation de services, ce sont des choses primordiales dans l’organisation de votre magasin.

La publicité également joue un rôle important dans le développement de votre commerce, elle est considérée comme un outil de communication ayant comme but de promouvoir la vente des produits et des services.

Elle porte sur plusieurs données : l’identité, la qualité, la composition, le prix et l’origine du produit.

La plupart des enseignes, aujourd’hui, ont intérêt à accélérer le rythme surtout dans les conditions actuelles de la concurrence et du marché face à l’évolution.

Pour maintenir sa position de leader, il faut se concentrer sur la compétitivité, il faut créer de nouvelles choses pour que le client se sente avantageux.

 

Comment attirer le client ?

Pour attirer plus de clients, il faut utiliser le marketing mix qui est basé sur quatre éléments essentiels : le produit, le prix, la distribution et la communication.

Toutes les grandes surfaces ont les mêmes produits, mais c’est le prix qui fait la différence d’un magasin à un autre.

Un bon prix a un effet puissant sur le comportement de l’acheteur, donc, ici, c’est le rôle du marketeur, il doit mettre des prix attractifs pour charmer le client.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

read more