Qui sont les candidats favoris aux élections municipales de Villefranche-sur-Mer ?

Fév 07, 20 Qui sont les candidats favoris aux élections municipales de Villefranche-sur-Mer ?

Le 1 octobre dernier, Christophe Trojani le maire de Villefranche-sur-Mer a annoncé sa candidature pour les élections municipales de mars prochain. D’après le maire, il est important de continuer le travail qu’il a commencé lors de son investiture. Toutefois, face au maire sortant, Jean-Pierre Mangiapan l’un des candidats favoris aux municipales assure que le bilan négatif du maire actuel, ne peut que motiver sa candidature aux municipales de sa ville.

Candidat à sa propre succession

Le maire sortant, Christophe Trojani assure « je ne veux pas laisser la commune en si bon chemin, je veux terminer ce qu’on a commencé ». Avec ces mots, Christophe Trojani a affirmé sa candidature aux prochaines élections municipales dans la commune de Villefranche-sur-Mer.
Ce n’était pas un secret, toutefois, c’est officiel. Toutefois, les avis sont assez partagés face à cette annonce, en effet, certains villefranchois, assure qu’en votant Christophe Trojani, rien ne pourra changer dans la ville.

Le programme de l’autre candidat favori aux municipales de Villefranche-sur-Mer

Ayant servi la France, Jean-Pierre Mangiapan assure qu’il est prêt de servir sa commune et sa ville. Passionné dés son plus jeune âge, l’ex-adjoint du maire, revient à Villefranche-sur-Mer bien déterminé de redorer les blasons de la ville notamment en sauvant l’immobilisme et en redynamisant le centre-ville de la commune et en relançant l’activité villefranchoise.
Selon Mangiapan, il est important de mettre en place une politique de création de différents parkings essentiellement sur les 3 sites, Octroi, Poste et Gare afin d’apporter des solutions aux nombreux problèmes de stationnement au centre-ville. Ce dernier, constitue l’une des causes du déclin de la commune. En outre, il déclare qu’il est aussi important de revoir tous les projets qui ont été annulés par ces prédécesseurs pour leurs intérêts personnels.
L’ex-premier adjoint assure, en outre, qu’il a pleins de projets pour sa commune, afin de faire de la « citadelle un pôle culturel international » et conserver le rade de Villefranche-sur-Mer des différents pollueurs pour assurer un avenir radieux à ces endroits.

read more

En forte croissance, la Côte d’Ivoire pourrait devenir la première puissance économique d’Afrique

Nov 03, 19 En forte croissance, la Côte d’Ivoire pourrait devenir la première puissance économique d’Afrique

Après la résolution de la crise électorale de 2012-2013, la Côte d’Ivoire, pays d’Afrique de l’Ouest, a retrouvé rapidement sa place sur le plan international avec l’installation de l’ICCO (The International Cocoa Organization) et le retour du siège de la BAD (Banque africaine de développement).
La Côte d’Ivoire connaît, depuis 2014, un succès économique remarquable, illustré par une augmentation rapide du Produit Intérieur Brut. Le gouvernement a adopté, pour la période 2015-2020, un nouveau ‘Plan National de Développement’ qui, selon la Banque Mondiale (BM), entend réduire davantage le taux de la pauvreté et transformer le pays en une économie à revenu intermédiaire.

La Côte d’Ivoire en bref

La Côte d’Ivoire se situe au 120e rang sur 150 du classement ‘Doing Business’, les éléments de complexité étant la relation avec l’administration fiscale, la protection des investisseurs minoritaires et l’obtention de financement bancaire.
Le marché ivoirien est généralement ouvert au commerce, avec un tarif douanier moyen de 32 %.
L’investissement du secteur privé est très dynamique et les projets PPP – Partenariat public-privé – sont en forte expansion.
Le flux des investissements directs à l’étranger est diversifié sectoriellement et géographiquement depuis l’instauration du nouveau Code des Investissements en 2014.
La Côte d’Ivoire, premier producteur de noix de cajou et de cacao, exerce une influence économique importante au sein des 3 organisations régionales, l’Union du fleuve Mano, l’UEMOA et la CEDEAO.
Cinquième taux de croissance le plus rapide au monde, le Produit Intérieur Brut par habitant croîtra de 45 % d’ici 2022.

La Côte d’Ivoire, leader du secteur agricole en Afrique

Les offres d’emploi en Côte d’Ivoire ont atteint de remarquables résultats en matière de développement agricole. Le secteur agricole a constitué le principal moteur de la croissance ivoirienne.
Aujourd’hui, l’agriculture demeure le socle de l’économie ivoirienne. Elle représente 52 % des exportations globales du pays et contribue à créer 36 % du Produit Intérieur Brut.
Selon la Banque africaine de développement, celle-ci est une source de revenus pour les ⅔ d’une population à 78 % rurale.
Le secteur agricole offre de nombreuses opportunités aux candidats – quels que soient leurs parcours. Découvrez les offres d’emploi en Afrique correspondant à ce secteur sur Okapi emploi.

read more

Quelles sont les conséquences de laisser les titres sociaux à un investisseur ?

Juil 17, 19 Quelles sont les conséquences de laisser les titres sociaux à un investisseur ?

D’après la société de gestion indépendante A Plus Finance, les investisseurs achètent des parts financiers d’une entreprise selon leur placement dans le capital social de l’entreprise. On parle alors de contribuable minoritaire, égalitaire ou majoritaire. Ces parts donnent le droit à l’investisseur de bénéficier d’un dividende, ainsi que le droit de participer dans les décisions d’assemblée générale. Le poids de ces pouvoirs varie selon le type de la société, SAS ou SARL.
Durant le cycle de vie d’une société, il arrive que cette dernière, a besoin de différents fonds, afin de pouvoir evoluer. Dans certains cas, l’entrée d’un contribuable au niveau du capital social d’une entreprise est plus intéressante que l’obtention d’un prêt, surtout lorsque les besoins de la société sortent des critères bancaires ou présentent des montant conséquents. Faire entrer un contribuable nécessite d’en connaître les avantages, les conséquences et les inconvénients, mais aussi les impacts selon le nombre des titres que l’investisseur détient (majorité, égalité ou minorité).

Que signifie capital social ?

Le capital social d’une entreprise désigne les différentes ressources qui sont apportées par les investisseurs. En effet, les contribuables acquièrent des titres financiers de leur placement qui sont appelés parts sociales dans le cas d’une société SARL ou actions dans le cas d’une société de type SAS. D’une manière générale, on parle de contribuable majoritaire, égalitaire ou minoritaire.
Selon le chargé d’investissement chez la société de gestion A Plus Finance, le contribuable est considéré majoritaire s’il détient plus de 50 % d’actions ou de titres. Dans le cas où l’investisseur détient 50 % des actions, il est égalitaire avec un autre associé. L’investisseur est considéré minoritaire s’il détient moins de 50 %.
La participation des associés ou actionnaires dans le capital social de la société leur donne le droit à un versement de dividende, en profitant d’une partie des bénéfices de l’entreprise selon le nombre de parts détenues.
L’achat des parts, donne aussi le droit à l’actionnaire de participer lors de la prise de la décision au sein de l’assemblée générale de l’entreprise.

Participer dans le capital d’une société

Dans le cas d’une société de type SARL, d’une manière générale, une part sociale représente une voie aux assemblées générales dans la prise de décisions. Plus l’investisseur détient de parts sociales, plus il a le pouvoir dans le statuts de l’entreprise.
Un actionnaire majoritaire aura par conséquent la majorité dans le pouvoir décisionnaire.
Dans le cas d’une société de type SAS, les règles de répartition des différents pouvoirs sont librement fixées dans les statut. Un actionnaire a la possibilité de posséder la majorité des parts sans pour autant avoir le droit de vote au niveau de l’assemblée générale.

read more

Placement : les meilleurs investissements en France

Juin 17, 19 Placement : les meilleurs investissements en France

Avec les nombreuses réformes du gouvernement notamment la fixation du taux de rendement du Livret A, de plus en plus d’investisseurs français hésitent vers quel placement s’orienter afin de fructifier leur épargne ?
Dans cet article, nous vous apporterons tous les détails sur les placements immobiliers les plus rentables en France, afin de mieux s’orienter dans votre choix. Pour ce faire, Christophe Peyre, le directeur associé de la société de gestion indépendante A Plus Finance, en charge de l’immobilier vous apporte les meilleurs conseils afin de fructifier votre placement immobilier.

Investir dans l’immobilier

Grâce aux conditions d’emprunts qui sont devenus de plus en plus favorables, un grand nombre d’investisseurs français ont opté d’investir leur épargne dans l’immobilier.
En effet, ces dernières années, les taux d’intérêt sont excessivement bas en France, et qui dit taux d’intérêts bas dit possibilité d’emprunter plus facilement. Par conséquent, devenir propriétaire d’un bien immobilier afin de constituer un patrimoine est plus accessible pour les investisseurs à moindre coût.
Ces taux d’intérêt des banques constituent une aubaine pour tous ceux qui espèrent investir dans l’immobilier puisqu’ils peuvent facilement prendre un crédit banquier à des taux qui sont inférieurs de 2 %, afin de pouvoir financer leur bien. Ce dernier rapportera une rentabilité qui est nettement supérieure.

Investir dans l’immobilier locatif

La rentabilité d’un placement dans l’immobilier locatif est assez intéressante, toutefois, il faut prendre en compte, les frais associés à ce type d’investissement tels que les charges courantes, les vacances du bien, la taxe foncière… etc.
En outre, l’investisseur doit être sur place et s’impliquer dans la gestion de son bien, en recherchant les locataires et entretenir les biens.
Il est possible qu’un investisseur trouve la perle rare qui peut rapporter entre 4 à 5 %, pour ce faire, il doit trouver le bon bien, en pensant à un emplacement idéal et suivre la demande des locataires.

Pensez à la concurrence

Il est important de faire attention à la concurrence au niveau de l’achat du bien l’immobilier. En effet, vu que le taux d’intérêt qui est bas ces dernières années, les prix d’achat ont commencé à pousser à la hausse au niveau de plusieurs agglomérations. Ceci peut par conséquent rendre la recherche du meilleur bien un peu plus difficile.
En effet, comme a mentionné le responsable des investissements immobiliers au sein de la société de gestion A Plus Finance, la recherche d’un bien immobilier rentable peut demander une certaine persévérance et surtout de la réactivité.

read more

Investir aujourd’hui dans le monde de demain !

Juin 08, 19 Investir aujourd’hui dans le monde de demain !

Investir dans les entreprises de demain

Les fonds thématiques méritent une place de choix au sein de votre portefeuille d’investissement. Il n’y a pas que le CAC 40 (le principal indice boursier de la Bourse de Paris), les PME également présentent de très belles opportunités d’investissement.
Afin d’investir sereinement dans les PME, les petites et moyennes entreprises, l’accès à l’information est primordial. Plusieurs paramètres sont donc à prendre à compte.
Vous devez, tout d’abord, disposer d’un certain nombre d’éléments financiers : annexes, comptes de résultat et bilan. À ceci, s’ajoutent les rapports du gérant expliquant les résultats annuels et semestriels de la société.
L’investissement dans les petites et moyennes entreprises offre aux investisseurs, notamment les particuliers, une réduction de 20 % de son impôt sur le revenu. Et ceci pour encourager l’investissement dans l’économie réelle.
En effet, la législation évolue régulièrement. Donc le gérant de la société doit fournir à l’investisseur, qu’il soit particulier ou professionnel, une attestation d’éligibilité. Cette dernière va le protéger en cas de non-respect du cadre légal par la société qui cherche à lever des fonds. Il est ainsi nécessaire que le gérant de PME s’assure d’être en phase avec cette dernière.

L’impact investing : plus qu’une tendance, une nouvelle façon d’investir

La valorisation est un élément primordial quand une PME procède à une levée de fonds. Donc vous devez vous assurer que cette dernière ait été effectuée par des experts indépendants ou des sociétés de gestion indépendantes (Primonial REIM, A Plus Finance, Sofidy…). L’expertise indépendante vous protégera, à long terme, de la surévaluation. Autrement dit, d’une exagération à la hausse d’une valorisation.

Aujourd’hui, il existe deux méthodes de valorisation :
– les méthodes de valorisation par comparaison : elles permettent de comparer la cible d’investissement avec les sociétés du même secteur d’activité ; et vous faire ainsi une idée de la sous-évaluation et de la surévaluation de votre cible d’investissement.
– La méthode de valorisation par l’étude des cash-flows (indicateur qui permet de mesurer le flux de trésorerie dont dispose une société) actualisés : basée sur un business plan, celle-ci s’appuie sur des prévisions soumises à la volatilité (coûts du financement, coûts d’exploitation, chiffre d’affaires, etc.). Cette méthode détermine la valeur de la société en fonction des flux de liquidité prévisionnels actualisés.
Donc il faut exiger un vrai projet de croissance, pour investir avec succès dans une PME.

L’impact investing permet de financer les sociétés proposant une innovation fondamentalement responsable. Pour aujourd’hui et pour demain, pour l’environnement et pour l’entreprise, tout en proposant des perspectives de croissance ambitieuse.
Ainsi, l’investisseur donnera un sens supplémentaire à son épargne en prenant part aux start-ups (les sociétés innovantes) répondant à des objectifs de développement responsable et durable. A Plus Finance, acteur majeur de la gestion de patrimoine, s’est historiquement développée sur l’investissement dans les start-ups en Europe, notamment en France. C’est une activité qui se focalise sur des secteurs principalement dynamiques : e-business, environnement, technologies de l’information, médias, industrie…
Cette société de gestion, créée en 1998, accompagne les start-ups déjà établies dans leurs activités. Elle les aide également à trouver des financements bancaires.

read more

La mort de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) une bonne nouvelle pour le financement des entreprises ?

Mai 28, 19 La mort de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) une bonne nouvelle pour le financement des entreprises ?

La suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune s’est accompagnée par la disparition de la réduction de l’impôt ISF suite à l’investissement dans des PME. Ce type d’avantage fiscal permet d’encourager les contribuables d’investir dans des entreprises et des startups. Suite à cette réforme les entreprises seront-elles alors perdantes ou gagnantes ?

La réforme du gouvernement de Macron

La réforme essentielle du programme du Président Emmanuel Macron, a concerné essentiellement la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune ISF depuis le 1er janvier 2018. En effet, le gouvernement a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune ISF par l’impôt sur la fortune immobilière IFI qui comme son nom l’indique, est plutôt centré sur l’immobilier. Selon Niels Court Payen le président et co-fondateur de la société de gestion A Plus Finance, l’IFI ou l’impôt sur la fortune immobilière favorise le risque et l’investissement au dépens de la rente.
Cette reforme a été accompagnée par la flat tax de prés de 30 % sur les plus values de la cession des produits mobilières, ce qui pourra réjouir les propriétaires de PME et de startups. En outre, grâce à cette réforme, les entreprises vont par conséquent profiter de la réorientation et de la libération de l’épargne vers l’économie productive.
Les français épargnent beaucoup plus que la plupart des leurs voisins, toutefois seulement 36 % de leur épargne estimé à 4,8 milliards sont investis dans des produits risqués comme des titres d’OPC non monétaires, des actions cotées et non cotées.
Alors que prés de 40 % d’entreprises de type PME et des start-ups déclarent trouver des difficultés à obtenir des financements. Selon le responsable des investissements PME chez la société de gestion indépendante A Plus Finance, prés de 98 % de nos clients sont des PME et des TPE avec un résultat positif. Toutefois, il est impossible d’avoir un crédit ou un financement auprès des banques.

Avantage de l’ISF-PME

La disparition de l’ISF a induit la suppression de l’ISF PME. En effet, ce dernier permet à l’investisseur de profiter d’une réduction pouvant atteindre 50 % de la somme investie dans des placements PME. Tout en sachant que l’investisseur ne doit pas dépasser 45 000 euros d’investissement pour profiter de cet avantage fiscal.
Ce système a permis de collecter prés de 516 millions d’euros par l’intermédiaire des fonds d’investissement des PME françaises durant 2016. C’est pour cette raison que la suppression de l’ISF alarme les différents acteurs du secteur.

read more