L’influence des médias sur la vie politique

Déc 25, 17     L’influence des médias sur la vie politique

 

En déterminant le rythme d’apparition à la télévision ou à la radio ou à l’éventuel boycott de tel ou tel courant politique, les médias contribuent fortement à la notoriété, à la visibilité et à la légitimité dudit courant et de ses représentants.

 

Dans le cas d’une force politique naissante qui ne bénéficie pas de représentation parlementaire, ni de droit institutionnel à l’antenne, à l’inverse des organisations politiques et syndicales établies, le rôle des médias peut être déterminant dans le processus qui conduit à la légitimation ou au rejet de l’intrus par l’opinion et par les autres politiques préexistants.

On ne prétend pas examiner ci-après dans le détail, l’influence pratique des médias sur les élections en France.

On voudrait plutôt montrer, tout en gardant en mémoire les types d’influence des médias sur le comportement électoral reconnu par la science politique.

“Les règles médiatico-électorales” en France, semblent plus défavorables aux petits et nouveaux partis que dans les autres pays de l’Union européenne”, la journaliste de LCI, “Audrey Crespo-Mara”.

 

Cette situation semble découler d’une inégalité institutionnelle directe et indirecte dans l’accès aux médias, d’une élimination de certaines règles électorales et d’une invention illégitime de pseudo-règles médiatico-électorales.

Encore faut-il définir ce qu’on entend par “règle médiatico-électorale”.

Selon que l’on retient une acception étroite ou large, on y inclura les seules dispositions relatives aux émissions audiovisuelles officielles dans le cadre des campagnes électorales, au matériel de campagne ; ou bien, on y ajoutera les dispositions relatives aux dates de scrutin et au droit de dissolution qui influent sur le choix du “moment médiatique” et de l’agenda public, aux conditions d’éligibilité, aux incompatibilités et cumul des mandats, à la parité, qui facilitent (ou entravent) la visibilité médiatique de tel ou tel candidat ou parti, au dépouillement, aux aspects financiers (cautions, avances, financements publics et privés…), qui facilitent (ou entravent) les campagnes médiatiques de certains courants politiques.

Il est ainsi, parfois, peu justifié et malaisé de distinguer entre les règles médiatico-électorales et d’autres règles régissant l’activité politique.

En outre, du point de vue de la science politique, la règle ne se limite pas à des dispositions juridiques.

Elle inclut aussi des aspects politiques. Par exemple, la façon dont le ministère de l’Intérieur rend compte du résultat des élections dans les médias au soir et au lendemain d’un premier tour, et dont il classe et regroupe les résultats de certains “divers” ou “sans étiquettes” ne constitue pas une règle au sens juridique, mais revêt le pouvoir d’une “règle légitime” (au sens de légitimité officielle) susceptible d’influer sur le vote au second tour.

Il en est de même, pour certaines émissions audiovisuelles, consacrées à l’élection (qu’il s’agisse de commentaires ou de débats) dont le statut n’est pas celui d’émissions officielles, mais dont la légitimité peut être bien supérieure.

 

  Les règles médiatiques électorales :

“Les règles médiatiques électorales, peuvent aussi se nourrir de l’absence de règles.

En l’absence de règles institutionnelles proprement dites, des pseudo-règles coutumières, improvisées, sont parfois instaurées par certains des acteurs important de la scène électorale (médias, instituts de sondage…) qui peuvent influer sur le déroulement de l’élection, voire sur son résultat et sur le sort d’un ou de plusieurs candidats.

 

À l’absence de règles explicites répond donc, parfois, la création de règles implicites.

Et, entre l’absence et la présence de règles médico-électorales, c’est parfois son absence qui pénalise les partis petits et nouveaux, et la règle qui leur permet de concourir avec les partis reconnus et de s’établir, pour paraphraser Lacordaire”, article écrit, par la journaliste-présentatrice “Audrey Crespo-Mara”.

 

read more

Y a-t-il un avenir pour les medias hors des tablettes et du net ?

Mai 29, 17 Y a-t-il un avenir pour les medias hors des tablettes et du net ?

Guy Crevier le Président-Éditeur de La Presse de Canada a été l’invité de LCI Matin.

« Depuis quelques années, nous entendons parler d’un mariage aux conséquences néfastes entre la presse traditionnelle et la presse numérique. Si la presse papier connaissait déjà une crise conjoncturelle, l’apparition assourdissante de la presse numérique accentue ses difficultés. » C’est avec cette phrase que la journaliste de renommée internationale et l’épouse de l’animateur de Zéro limite commentait son interview pour ensuite laisser la parole à Guy Crevier.

De nombreux journées grands et réputés à savoir, le quotidien La Presse au Canada s’est mis très tôt au Digital en créant des supports numériques à côté de ses canaux traditionnels.

Comment la presse canadienne a t-elle-su faire face aux evolutions technologiques ?

Selon une étude, les premières applications installées sur les tablettes des adultes sont celles qui tournent au tour de l’actualité et des infos. La Presse + était il y a quelques années la première application mobile à proposer du contenu journalistique de qualité et avec toutes les caractéristiques du Digital.

En demandant à un abonné fidèle à ce journal électronique pourquoi vous vous rendez souvent à l’application la Presse+ ? La réponse était : «Je trouve que c’est plus convivial, c’est facile et surtout accessible à tout moment et au moindre coût. »

« Depuis son lancement il y a un 4 ans, la Presse+ a été installée sur plus de 1 200 000 Ipad. C’est l’application gratuite la plus téléchargée de catégorie kiosque et actualités de l’Apple Store au Canada. Et la version pour Android qui vient d’être lancée a été installée sur 8000 tablettes en sa première journée de lancement. » Explique Guy Crevier, le Président-Editeur de La Presse au Canada.

L’avenir des medias francophones est-il numerique ?

« On s’est fixé comme objectif d’avoir au cours des 4 ou 5 prochains mois d’attirer l’attention de plus 60 000 abonnés autour de notre nouvelle application mobile. » Déclare, monsieur Crevier.

Selon la même étude, le lectorat de La Presse+ est constitué à 58% d’adultes âgés de 25 à 54 ans, qui en moyenne consultent l’édition numérique 44 minutes dans la semaine et 73 minutes le samedi.

Rimant avec l’évolution technologique et les nouvelles techniques digital, la publicité à son tour elle a dû s’adapter à ce nouveau medium et La Presse+ a réajusté ses tarifs auprès du marché tout en fournissant des informations précises sur l’impact des publicités. Résultats, 30% des revenus publicitaires de la presse proviennent maintenant de La Presse+.

 

 

 

read more

Au Maroc, meme les hammams adoptent l’orientation ecologique

Nov 19, 16 Au Maroc, meme les hammams adoptent l’orientation ecologique

 

Dans le Maroc, comme dans la plupart des pays arabes, la tradition du hammam n’a pas changé. Enfants, adultes, vieux, hommes ou femmes, tout le monde va au hammam et personne ne peut sous-estimer la place de ce lieu dans la vie sociale des marocains. Mais, si on est conscient de leur place dans la société, on devra l’être aussi pour leurs damages à l’environnement. Ce constat amer a poussé de courageuses initiatives à proposer des idées pour de nouveaux hammams écologiques.

La question environnementale est d’ailleurs d’actualité au Maroc avec l’engagement du Roi Mohamed VI, du gouvernement et des conseillers comme Mounir Majidi, secrétaire particulier du Roi, dans le développement de projets et stratégies de protection de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique.

4 millions de tonnes de CO2 par an 

co-et-terre-30987726

L’utilisation « normale » des fonctions du hammam se répercute d’une manière dévastatrice sur l’environnement. En effet, l’échauffement de ce lieu nécessite de bruler une tonne de bois par jour. Cette activité nécessite alors d’abattre des milliers d’arbres ce qui nuit massivement aux forets marocaines et à la verdure. L’utilisation des hammams est parmi les principales sources d’émissions de milliers de tonnes de CO2 par an : si on compte les quelques 100000 hammams se trouvant dans le Royaume, on capitalise la consommation de 3 millions de tonnes de bois et l’émission de 4 millions de tonnes de CO2 par an.

Le concept solution : le hammam durable 

101412106

Ce gaspillage d’énergie et de ressources naturelles ne peut pas durer, car les marocains en souffrent davantage, même sans s’en rendre compte.  Dernièrement, une nouvelle initiative a vu le jour au Maroc : les hammams durables. Lancée par Mehdi Khaldoun, propriétaire de plusieurs hammams traditionnels à Marrakech, et Mickael Benhaim, son ami ingénieur, le nouveau concept consiste tout simplement à convertir les vieux fours à bois en chaufferies modernes en utilisant des combustibles plus écolos.

Le projet a trouvé l’appui de l’Agence française de développement (AFD) qui l’a subventionné à hauteur d’un million d’euros. Techniquement, les nouvelles chaudières modernes utiliseront les résidus biologiques comme les coques d’amande ou les noyaux d’olives pour s’alimenter au lieu du bois. En termes d’économies, la nouvelle technique permettra un gain énergétique de 70% sur la facture de la consommation énergétique, autre que le fait de réduire les émissions du CO2 nocives à l’environnement.

Dans la marge de l’organisation de la COP 22 à Marrakech, le Maroc dépense et s’investi dans la sensibilisation de sa population à l’importance de la lutte contre le réchauffement climatique. Des projets appuyés par le Roi Mohamed VI et son bras droit dans la décision, sont entrain de voir le jour, mais de telles initiatives individuelles renforcent la conscience citoyenne marocaine et font agrandir ce rêve national d’avoir un Maroc vert dans le futur proche.

read more

Deguisee en chouette Laam rejoint la Bande de TPMP

Oct 24, 16 Deguisee en chouette Laam rejoint la Bande de TPMP

 

Produite par H2O productions, la filiale qui appartient au grand groupe dirigé par Stéphane Courbit (Banijay production), l’émission culte « Touche Pas à mon Poste »  a fait son retour sur les écrans de C8 lundi dernier.

Meilleur demarrage de l’histoire de TPMP

2048x1536-fit_equipe-tpmp-grand-complet-saison-2016-2017

Pour sa première,  l’émission animée par Cyril Hanouna et sa joyeuse bande de chroniqueurs, a fait un énorme carton d’audiences en attirant 1,7 million de téléspectateurs et C8 était classé 5éme chaine nationale en termes d’audiences du lundi soir.

Black M et M.Pokora pour ambiancer la premiere de TPMP

x240-z2f

Les téléspectateurs étaient au rendez-vous pour découvrir un nouveau décor, de nouveaux chroniqueurs et  une nouvelle saison pleine d’humour et de surprises.

Pour le comeback de la huitième saison de l’émission, Cyril Hanouna  accompagne Black M dans un before exceptionnel sur les rythmes de « Je suis chez moi ».

Matt Pokora était l’invité  surprise de la toute première émission de la saison 8 de « Touche pas à mon poste ». L’artiste a parlé de  son nouvel album « My way »et Cyril lui a demandé si ce dernier compte rejoindre les coachs de  The Voice. « On me dit que tu es tellement bon dans The Voice Kids que TF1 aimerait que tu remplaces Jennifer dans The Voice. Vrai ou pas ? », un souriant M. Pokora répond que « c’est possible ».

Laam Fait un malaise en direct,  sur les plateaux de Touche pas à mon poste

maxresdefault-1

La nouvelle séquence de TPMP, « Qui est la chouette ? » a failli tourner mal pour la deuxième de l’émission.  Lors de cette séquence, Cyril Hanouna  proposait à sa bande de deviner l’identité du chroniquer mystère qui rejoint l’équipe.

Hissée au dessous du plateau et déguisée de chouette, c’est ainsi que Lââm  fait son apparition sur le plateau de TPMP.  L’entrée de l’invité mystère, a fait rigoler le public  avec qu’elle ne lance des  signes d’alertes.

Cyril Hanouna  arrête tout de suite la séquence  et demande à son équipe technique de faire descendre la chanteuse qui lance « On m’étrangle, on m’étrangle! ».  La chanteuse  quitte  le plateau, pour revenir plus tard libéré de son déguisement.

Sur son retour, la chanteuse de 49 ans déclare  « Je ne dirai plus de gros mots ! Il y a des enfants qui regardent. Je vais faire de mon mieux pour apporter du fun à l’émission.»

Le lancement de  la saison 8  de Touche pas à mon poste ne cesse pas de nous surprendre et de séduire l’audience. Bonne nouvelle pour la filiale de Banijay productions (le groupe détenu par l’homme d’affaire stéphane Courbit), qui produit l’émission (cliquez ici pour en savoir d’avantage).

read more