L’UEFA mandate un enquêteur à cause des incidents qui ont eu lieu après le match PSG-Etoile Rouge

Juil 11, 19 L’UEFA mandate un enquêteur à cause des incidents qui ont eu lieu après le match PSG-Etoile Rouge

Suite aux affrontements qui ont eu lieu le 3 octobre dernier, tout prés du Parc des Princes, après la victoire du PSG devant le club serbe, l’Étoile Rouge de Belgrade, l’UEFA a décidé de mandater des inspecteurs, afin d’enquêter après ses incidents.

Les affrontements du 3 octobre dernier

Avant de prendre une décision, l’UEFA a envoyé des inspecteurs afin de conduire une enquête sur les incidents qui ont eu lieu aux alentours du Parc des Princes tout juste après le match de Ligue des champions, du 3 octobre dernier, entre le club parisien et l’Étoile Rouge de Belgrade. En effet, selon la préfecture de police de Paris, une centaine de personnes coagulées ont lancé devant l’entrée du stade, des projectiles sur les forces de l’ordre qui ont répliqué en lançant du gaz lacrymogène.
L’UEFA, se préoccupant de l’organisation des différents compétitions des clubs, avait déjà sanctionné le club serbe, l’Étoile Rouge de Belgrade, le 7 septembre dernier, en leur interdisant de vendre des tickets à leurs supporters durant deux matchs européens à cause des débordements qui ont été enregistré durant ses différents matchs en Europe notamment en Autriche.

Le PSG a directement réagi

Préférant ne pas attendre la fin de l’enquête de l’UEFA, afin que ces affrontements ne se reproduisent plus, le président du club parisien Nasser Al Khelaïfi, a décidé de prendre des mesures sévères en résiliant les abonnements de plusieurs supporters, qui ont été identifiés comme fauteurs de troubles.
Suite aux multiples décisions prises par Nasser Al Khelaïfi, le préfet de police de Paris a invité le président du PSG au déjeuné afin d’évoquer les incidents du 3 octobre dernier devant le Parc des Princes. Accompagné du directeur général du PSG, Jean-Claude Blanc, ainsi que le directeur de communication du club parisien, Jean Martial Ribes, le président du PSG a accepté l’invitation du préfet de Paris. Abordant les affrontements qui ont eu lieu le 3 octobre dernier le préfet n’a pas hésité à féliciter les dirigeants du club parisien pour les multiples décisions qui ont été prises afin que ces incidents ne se reproduisent plus, comme la suspension d’une quarantaine d’abonnements et l’exclusion des fauteurs de troubles. En outre, le préfet de Paris espère collaborer avec les dirigeants du club parisien, afin de veiller à la sécurité des supporters lors des différents matchs du PSG.
À cause de leur participation dans des bagarres qui ont eu lieu le soir du match PSG-Etoile Rouge devant la brasserie les Trois Obus, deux des supporters du PSG qui font partie du Collectif Ultras, ont été déférés à la justice et leur procès a été fixé pour le 7 mars prochain.
En attendant leur procès, les deux supporters ont été interdits d’entrér au stade.

read more

Les principes fondamentaux de l’Islam

Mai 23, 19 Les principes fondamentaux de l’Islam

Qu’est-ce que l’Islam ?

La religion musulmane a été fondée par “Muhammad Ibn Abdullah Ibn Abd al-
Muttalib ibn Hachim”, au début du VIIe siècle après J-C., affirmant avoir été visité par
l’archange Gabriel (Jibrîl). Pendant ces visites angéliques, l’archange Gabriel lui
aurait révélé les paroles d’Allah. Ces prétendues révélations, dictées par Gabriel
(pendant 25 ans, jusqu’à sa mort), sont contenues dans le Livre Sacré de l’Islam.
Le Coran est le Livre Sacré de l’Islam et des musulmans. Il est la dernière
révélation de Dieu. Bien que le Coran (autorité ultime) soit le principal Livre saint des
musulmans, la Sunna (règles de Dieu) est considérée comme la deuxième source
d’instruction religieuse. Elle a été écrite par les compagnons (Al Sahaba : Abou Bakr
As-Siddiq, Uthman Ben Affan, Omar Ibn Al-Khattab, Ali Ibn Abi Taleb…) de
Muhammad (le Messager de Dieu).

L’Unicité de Dieu

Le terme “musulman” signifie “soumis à Dieu”. Les croyances fondamentales de
l’Islam (la religion de 4.6 milliards de personnes dans le monde) sont, que Dieu est
le Seul vrai Allah et que Muhammad est son Prophète. Une personne (quelle que
soit sa religion) peut se convertir à l’Islam rien qu’en confessant ces croyances.

Les piliers de l’Islam

Les piliers de l’Islam sont les devoirs que tout musulman (notamment le croyant)
doit appliquer. Donc les musulmans (notamment les pratiquants) fondent leur
existence sur ces cinq piliers, qui sont :
– La profession de foi : “J’atteste qu’il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah et que
Muhammad est Son Prophète”.
– La prière : l’accomplissement régulier des 5 prières quotidiennes (obligatoires) : Al
Subh, Al Dohr, Al Asr, Al Maghrib et Al Icha.
– L’aumône (Al Sadaqa) : donner une somme d’argent aux pauvres et participer à la
construction des écoles et des hôpitaux.
– Le jeûne (Al Sawm) : tous les musulmans (notamment les croyants) doivent
respecter le jeûne du Ramadan (9e mois du calendrier lunaire). C’est le fait de
s’abstenir de boire, de manger et avoir des relations sexuelles du lever du soleil
jusqu’à son coucher.
– Le pèlerinage à La Mecque (au cours du 12e mois du calendrier islamique) : Al
Hajj, que tout musulman (ayant les moyens nécessaires) doit accomplir au moins
une fois pendant sa vie.
L’Islam est monothéiste. Il enseigne que le Paradis (ou jardin d’Éden) est obtenu
par les bonnes œuvres et l’obéissance au Coran. C’est une religion de purification
du cœur à travers le rappel d’Allah. Selon la perspective universaliste édictée dans

le Livre Saint, l’Islam est la religion universelle et primordiale, seule agréée par Dieu
Tout Puissant. Comme étant une religion universelle, l’Islam inclut toute la race
humaine sans distinction aucune. La seule différence est basée sur la supériorité
dans la crainte de Dieu et sur la supériorité de la piété.

read more

Les dates et les secrets du mois de ramadan 2019

Mar 11, 19 Les dates et les secrets du mois de ramadan 2019

Avec l’arrivée imminente du mois du jeûne et de la prière, les fidèles musulmans se préparent à accueillir le mois béni en Islam. D’après le calcul astronomique, le mois de Ramadan débute le 6 mai 2019 pour prendre fin le 5 juin. Toutefois, la communauté musulmane en France devrait attendre la nuit du doute pour que le conseil français du culte musulman fixe officiellement la date du début du mois de Ramadan.

Méthode scientifique pour fixer la date du début du mois de ramadan

Le lundi 6 mai, c’est le premier jour du mois de ramadan 2019, une date qui a été identifiée par les calculs astronomiques. Cette méthode permet de désigner les dates provisoires du début et du fin du mois de ramadan, des mois à l’amont. Alors que certains pays préfèrent fixer la date de début du mois de Ramadan par la méthode de l’observation lunaire, la nuit du doute, d’autres ont adopté le calcul scientifique pour fixer les dates de début et du fin de Ramadan comme les Émirats arabes-unis et la Turquie. En France, c’est au conseil français du culte musulman, d’observer la lune naissante, le 4 mai prochain au sein de la Grande mosquée de Paris, afin d’officialiser la date du coup d’envoi du jeûne.

Ramadan 2019

Le mois du jeûne ou le mois de Ramadan, dure un cycle lunaire, c’est-à-dire entre 29 à 30 jours. Durant ces derniers, les musulmans doivent se priver de boire, de manger, de fumer, ainsi que d’avoir des relations sexuelles de l’aube au coucher du soleil.
Le mois de Ramadan cette année débutera a priori le 6 mai 2019, pour finir le 5 juin. Ces dates ce sont des dates clé pour les millions de musulmans se trouvant dans l’hexagone, qui attendent impatiemment le début du mois sacré.
Certaines années, le mois du jeûne coïncide en France avec les dates du jeûne en Arabie saoudite, toutefois la détermination des dates est annoncée par le CFCM. En effet, la majorité de la communauté musulmane en France, préfère que la date du début du mois de ramadan soit le fruit de l’observation lunaire à l’œil nu. Puisqu’il préfère suivre la tradition prophétique que d’adopter le calcul scientifique.
Les tenants du calcul astronomique voient que la précision scientifique permet la détermination avec certitude, la durée ainsi que le moment de l’apparition de la lune dans le ciel de pratiquement tous les pays.

 

read more

Des personnalites musulmanes clament la liberation du theologien suisse

Avr 05, 18 Des personnalites musulmanes clament la liberation du theologien suisse

Une justice à double vitesse

Kamal Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon et Azzedine Gaci, son homologue de Villeurbanne, ont réclamé il y a peu, la libération immédiate de l’islamologue, Tariq Ramadan, suite à la détérioration inquiétante de son état physique, et ce un jour avant la décision des juges sur son maintien provisoire en détention. Les deux recteurs ont estimé à travers un communiqué, que le présumé est ‘’ victime d’un violent lynchage médiatico-politique où les rancœurs et les convictions personnelles prennent souvent le dessus sur la sacro-sainte règle de droit à la présomption d’innocence, à laquelle les autorités concernées ne songent pas un instant ’’.


‘’ La sévérité du traitement et le régime d’exception appliqué au théologien genevois de renom, respecté et convoité par les Musulmans de France, ne cessent d’alimenter le sentiment d’une justice à deux vitesses, et nourrit l’idée que Tariq Ramadan n’est plus jugé sur les faits qui lui sont inculpés et sur lesquels la justice devra se prononcer impartialement, mais plutôt sur ses idées et ses engagements’’, évoquent Kabtane et Gaci dans leur écrit. ‘’ Loin de toute autre réflexion, c’est au nom d’un esprit de justice sereine et équitable que nous réclamons sa remise en liberté immédiate, en raison de la fragilisation subite et préoccupante de sa santé, ajoutent les deux responsables musulmans.

Il souffre de deux pathologies

Après plus de trois mois d’enquête préliminaire, le 2 février, Tariq Ramadan a été mis en examen et placé en détention provisoire suite aux accusations de deux plaintes de femmes en France. Une situation qu’il conteste fortement en invoquant notamment la dégradation de son état de santé.
Il affirme par ailleurs, avoir souffrir depuis quelques années de deux pathologies, une sclérose en plaques et une autre neuropathie périphérique, nécessitant tous deux l’administration d’un lourd traitement médical.
À cet effet, la Cour d’appel de Paris, a ordonné une nouvelle expertise médicale indépendante, afin de pouvoir statuer sur la compatibilité de l’état de santé de l’islamologue et son maintien en détention, ainsi que sur sa demande de remise en liberté. Ce rapport médical a initialement été prévu pour la fin mars, mais ce délai a été repoussé à la mi-avril, vu la complexité de la charge à laquelle devront se consacrer les deux experts médicaux désignés à cet effet.


Pas un complot, mais une ‘’ aubaine ’’

L’islamologue suisse ne croit pas à la présence d’un complot. Il s’en prend plutôt à certains politologues comme Gilles Kepel, aux paparazzis comme Maamer Metmati ou encore Jean-Claude Elfassi et à la presse médiatique en général. Il reproche à ses ‘’ ennemis de toujours ’’ d’avoir exploité le terrain propice de l’affaire Weinstein aux États-Unis, une affaire sur laquelle le théologien a réagi, et que ses détracteurs en ont profiter pour le ‘’ finir ’’ (‘’ une aubaine extraordinaire’’ d’après lui).
Le docteur en Théologie, a fait part dans l’une de ses premières et rares apparitions de son vif regret à l’égard de l’épreuve qu’il traverse, en citant une parole d’Évangile ;
‘’ Comme je suis le diable, la parole qui m’accuse est forcément la parole de l’ange ’’.

read more

       Innovation technologique

Fév 26, 18        Innovation technologique

 

Les innovations technologiques (ordinateurs, smartphones, …) ont changé radicalement la donne du marché.

Seront désormais prioritairement reconnus les constructeurs capables d’offrir des solutions “ouvertes” sur les autres environnements, à l’intérieur de leur propre gamme, mais aussi avec la concurrence, autour de trois fonctions : communicabilité, interchangeabilité et interopérabilité.

Celles-ci permettent une libre circulation des flux indépendamment des systèmes qui les supportent, en répondant à une exigence fondamentale des utilisateurs très particuliers que sont les opérateurs de télécommunications et les gestionnaires d’information à valeur ajoutée, en répondant aussi à une demande sociale nouvelle.

Le modèle de référence OSI (Open System Interconnection) ainsi défini se présente en sept “couches”, les plus “basses” (technologue de base, unités centrales, périphériques et systèmes d’exploitation, assurant les fonctions les plus matérielles), ainsi que “les couches hautes”, les plus immatérielles (logiciel d’application et de développement, interfaces graphiques, fixent la valeur ajoutée du message).

Cette nouvelle donne renforce l’importance des normes, dont on pourrait dire qu’elles sont officielles et nées d’un consensus, et des standards, qui sont eux créés par et pour le marché, sous la pression d’utilisateurs enclins à vouloir bâtir leurs systèmes d’information sur des “briques” hétérogènes.

   Les technologies de l’information :

Au niveau international, trois organisations œuvrent à la normalisation :

– L’ISO (International Standard Organization) ;

– La CEI (Commission électronique internationale) ;

– Le CCITT (Comité Consultatif International Télégraphique et Téléphonique).

L’ISO, qui fédère les associations de normalisation nationales (AFNOR pour la France, ANSI pour les États-Unis…) s’est associée avec le CEI pour tout ce qui concerne les technologies de l’information, au sein d’un comité nommé JTC1 (Joint Technical Committee 1) alors que le CCITT ne produit que des normes relatives à la téléphonie et aux télécommunications.

En dehors des associations nationales, on trouve des consortiums de normalisation liés à des groupes industriels, les principaux d’entre eux d’entre eux entretenant des liens avec les instances internationales.

Une quatrième société joue un rôle important dans la normalisation : l’Industrie of Electrical and Electronics Engineers (IEEE), société internationale de droit américain dont les membres sont des industriels et des universitaires.

Cette superposition de structures montre tout l’intérêt des uns et des autres, utilisateurs et fournisseurs de systèmes, pour les normes et standards.

Du côté des entreprises et administrations grandes utilisatrices, le but est de favoriser l’interopérabilité de machines de marques différentes et de se libérer de liens parfois anciens avec tel ou tel constructeur “historique”.

Les fournisseurs eux ont suivi le mouvement avec parcimonie au début, éprouvant quelques réticences à se mouler dans des normes plus récentes que leurs bases installées et surtout à ouvrir leurs systèmes aux applications des concurrents.

 

En réalité, les normes servent les constructeurs qui en sont les initiateurs, car elles permettent la pénétration de marchés jusqu’alors verrouillés par des fournisseurs uniques.

   Les meilleurs ordinateurs portables du moment :

De nos jours, le marché des ordinateurs portables est un peu complexe, autrement-dit, une véritable jungle de caractéristiques : puissance très variable, de 10 à 17 pouces, taille d’écran, dimensions plus ou moins compactes…

Le site comparateur de produits High-tech “on a testé pour vous” vous aide à y voir plus clair, à travers sa nouvelle sélection (des PC portables, des ordinateurs pour gamer, …).

En consultant “OTPV” vous allez également trouver “top des meilleurs ventes”.

read more

Le journalisme

Fév 21, 18 Le journalisme

 

 

  Le métier de journaliste :

C’est le fait d’informer la population sur différents sujets ; le cinéma, la politique, la science, le sport, l’environnement…

Un journaliste peut travailler pour une chaîne de télévision, une chaîne de radio, un journal papier, à un site internet…

Le journaliste, c’est celui qui présente le journal à la télé, réalise un reportage, ou dirige une équipe.

Mais, dans tous les cas, il s’y prend de la même manière, il cherche des informations, ensuite, il les communique en s’adaptant à son public.

Au jour d’aujourd’hui, en France, il y a, à peu près 36 000 journalistes (Samuel Forey, Thierry Ardisson, Edwy Plenel, Pierre Assouline, Laurent Bazin, Alain Bedouet, Audrey Crespo-Mara, Christophe Boltanski, David Abiker, Jean Bertolino, Émilien Amaury, Elsa Boublil, François Bachy…).

Ces derniers ont une carte de presse, une carte de journaliste professionnel, qui leur permet d’entrer facilement dans des musées, des expos, des conférences de presse, des concerts, pour mieux informer.

La plupart d’entre eux, ont fait une école de journalisme, et leur métier évolue constamment.

Les journalistes apprennent en permanence à utiliser de nouveaux outils, logiciels, site internet, réseaux sociaux, applications, …

De plus, un journaliste a le droit de dire ce qu’il considère comme important dans le respect des autres, ici, on parle de la liberté de presse et d’expression.

C’est ainsi qu’après-enquête, des journalistes arrivent à faire éclater au grand jour, des scandales impliquant des personnalités ou des entreprises…

Le travail des journalistes est donc nécessaire, pour que chacun soit bien informé.

  L’affaire “panama Papers” :

Un réseau international de journalistes est entrain de réaliser une enquête : c’est l’affaire “des panama Papers”.

Cette affaire commence à faire beaucoup de bruit !

Il s’agit de révélation sur des milliers de personnalités (hommes d’affaires, hommes politiques, des célébrités…) qui ont caché une grande partie de leurs fortunes, afin de payer moins d’impôts.

C’est un réseau qui regroupe plus de 300 journalistes, issus de 70 pays, qui ont échangé et collaboré leurs informations pour publier cette enquête.

 

 

Comment font les journalistes pour trouver toutes les informations nécessaires ? Comment mènent-ils l’enquête ?

Audrey Crespo-Mara, la journaliste française, a répondu à ces deux questions “les journalistes doivent d’abord connaître leurs sujets à fond, en lisant des livres et également, en discutant avec des experts.

Il faut aussi savoir poser les bonnes questions, trouver des documents et des témoins pour y répondre !

Parfois, les journalistes profitent de fuites, des informations secrètes, qui leur sont transmises comme dans l’affaire des panama Papers.

Les enquêteurs ont reçu une liste de noms et de comptes bancaires secrets, mis en place avec l’aide d’une entreprise du panama.

Les journalistes doivent savoir protéger leurs sources “top secret”, c’est-à-dire, les personnes qui leur donnent des informations confidentielles.

C’est pourquoi, jusqu’à aujourd’hui, personne ne connaît le nom de la personne qui a donné les documents de l’affaire “des panama Papers”.

Les journalistes espèrent que d’autres sources, vont les aider pour faire avancer leurs enquêtes.

10 000 millions de documents ont été déjà transmis par la source des panama Papers.

Ce scandale, n’est pas prêt de s’achever !!”.

 

 

read more