Innovation technologique

Fév 26, 18        Innovation technologique

 

Les innovations technologiques (ordinateurs, smartphones, …) ont changé radicalement la donne du marché.

Seront désormais prioritairement reconnus les constructeurs capables d’offrir des solutions “ouvertes” sur les autres environnements, à l’intérieur de leur propre gamme, mais aussi avec la concurrence, autour de trois fonctions : communicabilité, interchangeabilité et interopérabilité.

Celles-ci permettent une libre circulation des flux indépendamment des systèmes qui les supportent, en répondant à une exigence fondamentale des utilisateurs très particuliers que sont les opérateurs de télécommunications et les gestionnaires d’information à valeur ajoutée, en répondant aussi à une demande sociale nouvelle.

Le modèle de référence OSI (Open System Interconnection) ainsi défini se présente en sept “couches”, les plus “basses” (technologue de base, unités centrales, périphériques et systèmes d’exploitation, assurant les fonctions les plus matérielles), ainsi que “les couches hautes”, les plus immatérielles (logiciel d’application et de développement, interfaces graphiques, fixent la valeur ajoutée du message).

Cette nouvelle donne renforce l’importance des normes, dont on pourrait dire qu’elles sont officielles et nées d’un consensus, et des standards, qui sont eux créés par et pour le marché, sous la pression d’utilisateurs enclins à vouloir bâtir leurs systèmes d’information sur des “briques” hétérogènes.

   Les technologies de l’information :

Au niveau international, trois organisations œuvrent à la normalisation :

– L’ISO (International Standard Organization) ;

– La CEI (Commission électronique internationale) ;

– Le CCITT (Comité Consultatif International Télégraphique et Téléphonique).

L’ISO, qui fédère les associations de normalisation nationales (AFNOR pour la France, ANSI pour les États-Unis…) s’est associée avec le CEI pour tout ce qui concerne les technologies de l’information, au sein d’un comité nommé JTC1 (Joint Technical Committee 1) alors que le CCITT ne produit que des normes relatives à la téléphonie et aux télécommunications.

En dehors des associations nationales, on trouve des consortiums de normalisation liés à des groupes industriels, les principaux d’entre eux d’entre eux entretenant des liens avec les instances internationales.

Une quatrième société joue un rôle important dans la normalisation : l’Industrie of Electrical and Electronics Engineers (IEEE), société internationale de droit américain dont les membres sont des industriels et des universitaires.

Cette superposition de structures montre tout l’intérêt des uns et des autres, utilisateurs et fournisseurs de systèmes, pour les normes et standards.

Du côté des entreprises et administrations grandes utilisatrices, le but est de favoriser l’interopérabilité de machines de marques différentes et de se libérer de liens parfois anciens avec tel ou tel constructeur “historique”.

Les fournisseurs eux ont suivi le mouvement avec parcimonie au début, éprouvant quelques réticences à se mouler dans des normes plus récentes que leurs bases installées et surtout à ouvrir leurs systèmes aux applications des concurrents.

 

En réalité, les normes servent les constructeurs qui en sont les initiateurs, car elles permettent la pénétration de marchés jusqu’alors verrouillés par des fournisseurs uniques.

   Les meilleurs ordinateurs portables du moment :

De nos jours, le marché des ordinateurs portables est un peu complexe, autrement-dit, une véritable jungle de caractéristiques : puissance très variable, de 10 à 17 pouces, taille d’écran, dimensions plus ou moins compactes…

Le site comparateur de produits High-tech “on a testé pour vous” vous aide à y voir plus clair, à travers sa nouvelle sélection (des PC portables, des ordinateurs pour gamer, …).

En consultant “OTPV” vous allez également trouver “top des meilleurs ventes”.