La mort de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) une bonne nouvelle pour le financement des entreprises ?

Mai 28, 19 La mort de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) une bonne nouvelle pour le financement des entreprises ?

La suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune s’est accompagnée par la disparition de la réduction de l’impôt ISF suite à l’investissement dans des PME. Ce type d’avantage fiscal permet d’encourager les contribuables d’investir dans des entreprises et des startups. Suite à cette réforme les entreprises seront-elles alors perdantes ou gagnantes ?

La réforme du gouvernement de Macron

La réforme essentielle du programme du Président Emmanuel Macron, a concerné essentiellement la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune ISF depuis le 1er janvier 2018. En effet, le gouvernement a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune ISF par l’impôt sur la fortune immobilière IFI qui comme son nom l’indique, est plutôt centré sur l’immobilier. Selon Niels Court Payen le président et co-fondateur de la société de gestion A Plus Finance, l’IFI ou l’impôt sur la fortune immobilière favorise le risque et l’investissement au dépens de la rente.
Cette reforme a été accompagnée par la flat tax de prés de 30 % sur les plus values de la cession des produits mobilières, ce qui pourra réjouir les propriétaires de PME et de startups. En outre, grâce à cette réforme, les entreprises vont par conséquent profiter de la réorientation et de la libération de l’épargne vers l’économie productive.
Les français épargnent beaucoup plus que la plupart des leurs voisins, toutefois seulement 36 % de leur épargne estimé à 4,8 milliards sont investis dans des produits risqués comme des titres d’OPC non monétaires, des actions cotées et non cotées.
Alors que prés de 40 % d’entreprises de type PME et des start-ups déclarent trouver des difficultés à obtenir des financements. Selon le responsable des investissements PME chez la société de gestion indépendante A Plus Finance, prés de 98 % de nos clients sont des PME et des TPE avec un résultat positif. Toutefois, il est impossible d’avoir un crédit ou un financement auprès des banques.

Avantage de l’ISF-PME

La disparition de l’ISF a induit la suppression de l’ISF PME. En effet, ce dernier permet à l’investisseur de profiter d’une réduction pouvant atteindre 50 % de la somme investie dans des placements PME. Tout en sachant que l’investisseur ne doit pas dépasser 45 000 euros d’investissement pour profiter de cet avantage fiscal.
Ce système a permis de collecter prés de 516 millions d’euros par l’intermédiaire des fonds d’investissement des PME françaises durant 2016. C’est pour cette raison que la suppression de l’ISF alarme les différents acteurs du secteur.