La prise en charge de la “pollakiurie”

Nov 17, 17      La prise en charge de la “pollakiurie”

 

 

 Definition :

La pollakiurie est un symptôme présent dans plusieurs pathologies urinaires.

Généralement, ce phénomène s’accompagne de brûlures urinaires.

Dans les cas les plus sévères, la personne urine toutes les 20 à 25 minutes.

La fréquence accrue des mictions s’associe dans la plupart du temps, à des brûlures urinaires, miction impérieuse, et des fuites urinaires appelées incontinence urinaire.

 L’incontinence urinaire est la perte involontaire des urines par l’urètre.

Mais, faites attention, il ne faut pas confondre entre “pollakiurie” et “polyurie”.

 La polyurie est un autre trouble urinaire, qui survient dans certaines maladies rénales chroniques, en cas de potomanie, en cas de diabète de type 1, et chez les consommateurs de café.

 

  Les causes de la pollakiurie :

Les causes de la pollakiurie sont diverses.

Maladie de l’un des organes de l’appareil urinaire : un cancer de la vessie, une petite vessie constitutionnelle, une pyélonéphrite, un dysfonctionnement lié à une atteinte du système nerveux, et la présence d’un corps étranger (canal reliant le rein à la vessie), peuvent être à l’origine de la pollakiurie.

Maladie de la prostate : chez l’homme, cette maladie peut être due à différents troubles de la prostate (une prostatite (inflammation chronique de la prostate), un adénome de la prostate, un cancer de la prostate).

Grossesse : la pollakiurie survient dès le début de la grossesse, elle est très fréquente chez la femme enceinte.

Problème au niveau de l’urètre : un calcul enclavé dans l’urètre, ou un rétrécissement de l’urètre.

Maladies d’organes situés autour de la vessie : une tumeur pelvienne, un prolapsus génital, une péritonite, une salpingite, une vaginite, ou une inflammation de la dernière partie du côlon.

Consommation importante d’alcool, de thé ou de café : ces boissons ont une action irritante au niveau vésical.

Facteurs psychiques : troubles anxieux, et émotion provoquant un besoin d’uriner.

 

Si vous avez des brûlures urinaires évoquant une cystite, du sang dans les urines, des douleurs abdominales violentes, fièvre, vomissements, sensation anormale de soif, ou des douleurs intenses de la région lombaire, vous devez consulter votre médecin, parce que cela peut être révélateur d’un diabète de type 1.

 

 

 

  Examens :

Examen cytobactériologique des urines, (ECBU) qui sert à rechercher une éventuelle infection urinaire.

L’échographie pelvienne qui permet de visualiser l’intérieur du corps (la partie inférieure du bassin).

La débitmétrie, qui calcule le débit mictionnel (puissance du jet urinaire, le volume des urines, la vitesse d’émission des urines).

Un bilan urodynamique, qui permet d’étudier l’activité du sphincter de l’urètre, d’enregistrer la pression à l’intérieur de la vessie, et de mesurer les pressions dans l’urètre.

 

  Traitement chirurgical :

Certains cas de “pollakiurie” nécessitent des traitements chirurgicaux.

Ces traitements consistent à agrandir la vessie (entérocystoplastie d’agrandissement), ou à implanter un petit appareil envoyant des impulsions électriques pour réguler l’activité de la vessie (pace maker).

Comme nous le savons tous, une intervention chirurgicale peut se révéler très coûteuse.

Filiassur est la seule assurance qui s’engage à couvrir tous les frais, et rembourse également, les dépassements d’honoraires.